© 2017 Chron'open
Ivan LENDL

 Tchécoslovaquie -  Etats-Unis

droitier  -   revers  à une main

Lendl a longtemps détenu le record de finales disputées en Grand Chelem (entre 1991 et 2009) avant que Federer ne s'adjuge ce record. Il n'a jamais pu remporter Wimbledon, et pourtant il y tenait beaucoup; ce sera la grande frustration de sa carrière.

 

 

 

 

Né le 7 mars 1960 à Ostrava. Naturalisé américain en 1992.

 

I. Sa fiche

Palmarès :
94 titres dont 3 Roland-Garros, 3 US Open et 2 Open d'Australie
1 fois vainqueur de la coupe Davis


Son meilleur classement :
n°1 mondial le 28 février 1983 pendant 270 semaines



Chronologie de ses titres en Grand Chelem
1ER

Roland Garros

1984
2EME

US Open

1985
3EME

Roland Garros

1986
4EME

US Open

1986
5EME

Roland Garros

1987
6EME

US Open

1987
7EME

Australie

1989
8EME

Australie

1990


II. Personnalité et popularité

Jugé froid et "robotique", Lendl avait le bon prénom pour en faire "le Terrible". Avare en communication aussi bien avec le public qu'avec les journalistes, le Tchèque n'a pas non plus fait tout ce qu'il fallait pour devenir un joueur populaire. Mais son professionnalisme et son courage pour vaincre ses aversions au gazon ont séduit une partie du public.


 
 

III. Style de jeu


Lendl a révolutionné le tennis, avec un jeu de fond de court très agressif, qui tranchait avec celui de ses prédécesseurs. Son professionnalisme allié à une grande rigueur ont fait date.

A ses débuts, Lendl ne jouait que rarement sur son revers, tentant de remettre en décalage coup droit chaque fois qu'il en trouvait le temps. Avec l'aide de Fibak, il n'a pas ménagé sa peine pour développer un revers devenu très compétitif. Autre point faible chez Lendl : sa volée.

Mais là aussi, aidé en cela par Tony Roche, il a beaucoup travaillé pour rivaliser avec les meilleurs attaquants du circuit, et cela a porté ses fruits, comme en témoignent ses deux finales à Wimbledon.

Au service, sa première balle était puissante et lui permettait de s'économiser quand les rotules avaient du mal à tenir dans les cinquièmes sets.


IV. Carrière (1978-1994)

1978 - 1984

Déjà chez les plus jeunes, Ivan Lendl se distingue. Il fut d'ailleurs le premier champion du monde juniors en 1978, année de création de ce classement.



Le Tchécoslovaque atteint en 1981 la finale des Internationaux de France, mais il a face à lui Borg un joueur considéré à l'époque comme quasiment invincible dans son antre de la Porte d'Auteuil, où il a pris l'habitude de "marcher" sur ses adversaires. Mais cette finale sera un vrai duel qui, au prix de longs échanges de fond de court semblait ne pas vouloir se terminer, d'autant que Lendl emmena Borg dans un cinquième set  Ce sera la dernière apparition du Suédois à Roland Garros.

Longtemps Ivan aura souffert de l'étiquette de "loser" que les médias lui auront donnée, après quatre finales majeures perdues entre 1979 et 1983. Il se sera pourtant déjà adjugé une sacrée collection de titres, puisqu'avant Roland Garros 1984, il en totalisait déjà quarante. Il atteindra même la première place mondiale en février 1983 

 

Beaucoup de titres donc, mais des titres mineurs. Et chacun le sait, le vrai baromètre, ce sont les Grands Chelems. 1984 va faire taire ces mauvaises langues - à commencer par celle de Jimmy Connors, qui avait traité son rival de "poule mouillée" à la suite de ses échecs successifs - quand non seulement Lendl va remporter son premier titre du Grand Chelem, mais dans un match où McEnroe, invaincu depuis le début de l'année, était légitimement présenté comme le grandissime-favori.

L'Américain avait bien remporté les deux premières manches dans cette finale épique, avant que Lendl, mentalement très fort, sûr de sa force, et sans se lasser ne grignote son retard pour passer devant. Ce fut à n'en pas douter une victoire phare dans la carrière de Lendl. McEnroe prendra une revanche en finale de l'US Open quelques mois plus tard.

1985 - 1988
En 1985, si Lendl se fait dominer par Wilander Porte d'Auteuil, Flushing Meadows accepte enfin de s'offrir à lui. Lendl restait sur trois finales perdues sur le dur de New York, les deux premières contre Connors. Il domine le tenant du titre McEnroe et devient le premier joueur droitier à s'imposer à l'US Open depuis Newcombe en 1973 ! Il va triompher trois années de suite à Flushing, et alignera en tout huit finales consécutives sur le par-terre américain, un record dans l'ère open qui tient toujours. Dans l'intervalle, il fait le doublé French Open - US Open en 1986 et 1987. En 1987, il inflige un 6/0 6/0 6/0 à Barry Moir au premier tour de l'US Open, score que personne d'autre n'a réussi dans ce tournoi.

 Une fois qu'il n'avait plus rien à prouver sur dur et sur terre battue, Lendl courut longtemps après un sacre à Wimbledon, qu'il considérait comme le Graal. Il avait même renoncé à défendre ses chances à Paris pour pouvoir mieux préparer Londres.
Ces sacrifices seront vains, mais il disputera néanmoins deux finales sur le gazon londonien, en 1986 et 1987, mais sans jamais avoir eu de réelles chances de l'emporter : Becker et Cash se montrèrent à tour de rôle largement au-dessus du joueur tchèque, qui s'inclina à chaque fois sans remporter le moindre set.

Au Masters, tournoi clôturant la saison, qu'il a remporté à cinq reprises, il atteint en 1988 sa neuvième finale consécutive, un record qui n'est pas prêt d'être battu. il s'incline alors contre Boris Becker. Ce sera d'ailleurs sa dernière apparition en finale du tournoi des Maîtres.
1989 - 1994
Mais Lendl reste au top. Wilander décline et le Tchèque va réaliser une superbe saison 1989, ne perdant que six matchs - dont celui resté fameux contre Michael Chang à Roland Garros : ce huitième de finale contre celui qui à 17 ans deviendra le plus jeune vainqueur d'un Grand Chelem est resté dans les annales du tennis. L'adolescent a remonté deux manches au n°1 mondial avant de le crucifier sur une fin de match complètement folle ; perclus de crampes, Chang déstabilise Lendl d'abord en servant à la cuillère, puis à la relance en se positionnant dans le carré de service. Le Tchèque craque et s'incline.

Malgré les titres de Becker à Wimbledon et à l'US Open, c'est bien le Tchécoslovaque qui termine l'année 1989 à la place de n°1 mondial, comme ce fut déjà le cas en 1985, 1986 et 1987. Il avait remporté pour la première fois l'Open d'Australie en début de saison.
En 1990, le destin s'en mêle quand Edberg s'acheminait vers une quatrième couronne à Melbourne. Le Suédois faisait quasiment cavalier seul dans cette finale sous un soleil de plomb, quand la déchirure abdominale qui le gênait depuis quelques semaines se réveille brusquement : un coup du sort qui permet à Lendl de s'adjuger son huitième titre du Grand Chelem, ce qui le place au niveau de Connors. Dans l'ère open, seul Borg fait mieux à l'époque avec 11 titres.

Après de longues années d'attente, Lendl a obtenu la nationalité américaine le 7 juillet 1992. Mais alors qu'il rêvait de jouer la coupe Davis sous la bannière étoilée, son niveau de jeu décline rapidement. La nouvelle vague américaine - Sampras, Agassi, Courier, Chang - avait de quoi tenir la comparaison avec l'ancien numéro 1 mondial.
déchantera à Wimbledon en sortant du tournoi dès le premier tour.  2002 sera aussi l'année d'une épreuve douloureuse, avec la mort de son ancien coach Peter Carter. Au Masters, il remporte ses trois matchs de poule mais bute sur Hewitt en demi-finale.


V. Reconversion

Passionné de golf, Lendl a lâché le tennis pendant de très longues années, puis il s'est complètement remis dedans en 2011, d'abord en acceptant de participer à des exhibitions, puis très sérieusement en se voyant confier en janvier 2012 le coaching du Britannique Andy Murray, n°4 mondial : un champion dont le début de carrière ressemble beaucoup à ce qu'il a vécu : plusieurs grandes finales sans jamais parvenir à s'imposer. L'association porte ses fruits dès la première saison, puisque Murray remporte cette année-là l'US open avant de décrocher le Graal à Wimbledon en 2013. Leur coppération prend en mai 2014.

 


VI. Son entraîneur

Vojtek Fibak (1980-84)
Tony Roche (1986)
Chris Lewis

 
 


VII. Ses 94 titres

   
Houston 1980 Toronto 1980 Barcelone 1980 Bâle 1980 Tokyo 1980

Hong Kong 1980 Taipei 1980 Stuttgart 1981 Las Vegas 1981 Montréal 1981

Madrid 1981 Barcelone 1981 Bâle 1981 Vienne 1981 Cologne 1981

Buenos Aires 1981 Masters 1981 Delray Beach 1982 Gênes 1982 Munich 1982

Strasbourg 1982 Francfort 1982 Houston 1982 Dallas 1982 Forest Hills 1982

Washington 1982 North Conway 1982 Cincinnati 1982 Los Angeles 1982 Naples 1982

Harford 1982 Masters 1982 Détroit 1983 Milan 1983 Houston 1983

Hilton Head 1983 Montréal 1983 San Francisco 1983 Tokyo 1983 Luxembourg 1984

R-Garros 1984 Wembley 1984 Fort Myers 1985 Monte Carlo 1985 Dallas 1985

Forest Hills 1985 Indianapolis 1985 US Open 1985 Stuttgart 1985 Sydney 1985
    Tokyo 1985 Wembley 1985 Masters 1985 Philadelphie 1986 Boca West 1986

    Milan 1986 Fort Myers 1986 Rome 1986 R-Garros 1986 Stratton Mountain 1986

    US Open 1986 Masters 1986 Hambourg 1987 R-Garros 1987 Washington 1987

    Montréal 1987 US Open 1987 Sydney 1987 Wembley 1987 Masters 1987

    Monte Carlo 1988 Rome 1988 Toronto 1988 Australie 1989 Scottsdale 1989

    Miami 1989  Forest Hills 1989 Hambourg 1989 Queen's 1989 Montréal 1989

    Bordeaux 1989 Sydney 1989 Stockholm 1989 Australie 1990 Milan 1990

    Toronto 1990 Queen's 1990 Tokyo 1990 Philadelphie 1991 Memphis 1991

     
    Long Island 1991 Tokyo 1992 Munich 1993 Tokyo 1993



    VIII. Sa compagne

    Samantha Frankel, qu'il épousa en 1989. Elle lui donnera trois filles, toutes passionnées de golf comme leur papa !

       


     

    IX. Son site officiel



     



    X. Galeries d'images

    1993 1992 1991 1990
           
    1989 1988 1987 1986
           
    1985 1984 1983 1982
           
    1981 1980 1979 1978