© 2017 Chron'open
Roland Garros 2014
- du 25 mai au 8 juin 2014 -


 

tournée préparatoire
Monte Carlo Masters 1000 Barcelone ATP 500 Madrid Masters 1000 Rome Masters 1000




Absents : Del Potro, Söderling

Djokovic a tellement impressionné lors des joutes récentes face à Nadal sur qui il reste sur quatre victoires de rang qu'il est délicat de ne pas en faire le grand favori, une fois n'est pas coutume. Il faudra aussi compter sur des outsiders qui se sont distingués cette année : Wawrinka, Ferrer, Nishikori, et pourquoi ne pas mettre une piécette sur Federer, qui peut trouver de quoi se transcender dans la naissance de ses jumeaux.

Météo : quelques gouttes de pluie en milieu de quinzaine, mais rien de bien méchant.






Têtes de série (TS)
1 Rafael Nadal 5 David Ferrer 9 Kei Nishikori 13 Jo-Wilfried Tsonga
2 Novak Djokovic 6 Tomas Berdych 10 John Isner 14 Fabio Fognini
3 Stanislas Wawrinka 7 Andy Murray 11 Grigor Dimitrov 15 Mikhaïl Youzhny
4 Roger Federer 8 Milos Raonic 12 Richard Gasquet 16 Tommy Haas

17 Tommy Robredo 21 Nicolas Almagro 25 Marin Cilic 29 Gilles Simon
18 Ernests Gulbis 22 Jerzy Janowicz 26 Feliciano Lopez 30 Vasek Pospisil
19 Kevin Anderson 23 Gaël Monfils 27 Roberto Bautista-Agut 31 Dmitry Tursunov
20 Alexandr Dolgopolov 24 Fernando Verdasco 28 Philipp Kohlschreiber 32 Andreas Seppi



 
 


premier tour

Forcément attendu après son sacre à l'Open d'Australie, Stanislas Wawrinka a beaucoup déçu face au terrien Garcia-Lopez, qui s'est imposé assez séchement : 6/4 5/7 6/2 6/0

   




Kei Nishikori était lui aussi présenté comme un épouvantail dans cette édition 2014 des Internationaux de France. Mais devant la fougue du jeune Slovaque Martin Klizan le Nippon s'effondre, mal remis sans doute d'une blessure qui l'avait quelques semaines éloigné du circuit : 7/6 6/1 6/2.

   


Surprenante sortie de route également pour Grigor Dimitrov, qui n'a pas su mater le Croate Ivo Karlovic : 6/4 7/5 7/6. Lui aussi fait partie des jeunes loups qu'on présente comme de potentiels vainqueurs de Grand Chelem dans les années à venir. Souhaitons pour lui que cette déconvenue ne soit qu'un accident de parcours. Pour cette année, il terminera son séjour Porte d'Auteuil à encourager sa chérie Maria Sharapova depuis les tribunes.

   

       


Duel fratricide en ouverture de tournoi pour Jo Tsonga. Edouard Roger-Vasselin est un des joueurs français ayant effectué les plus gros progrès depuis le début de saison. Il tente sa chance, mais le favori s'impose logiquement : 7/6 7/5 6/2. Edouard va pouvoir se consacrer pleinement à l'épreuve du double.

   

    


deuxième tour

Chanceux, Gaël Monfils passe à six reprises à un point de la perte du premier set face à Struff, que le jeune Allemand négocie très mal. Le gain du premier set est pour lui un véritable hold up ! Et on peut aussi penser que Struff méritait d'empocher le deuxième set dans lequel il avait une nouvelle fois breaké le premier, mais là encore le Français s'en sort miraculeusement. En revanche, La Monf' retrouve son punch habituel dans la troisième manche, qu'il domine nettement : 7/6 6/4 6/1.

   


Match magnifique entre deux des plus jolis revers à une main. Richard Gasquet est accroché par Carlos Berlocq, mais s'impose avec autorité. Déjà vainqueur facile de Bernard Tomic au premier tour, le Français s'est vite remis sur les rails après deux mois sans jouer : 7/6 6/4 6/4.

   
 
 
 

Résultats :
 
Nadal bat Thiem 6/2 6/2 6/3
L. Mayer bat Gabashvili 6/2 4/6 6/4 6/4
Sock bat S. Johnson 7/5 6/4 6/2
Lajovic bat Zopp 6/2 6/4 6/4

Karlovic bat Haider-Maurer 7/5 6/3 6/4
K. Anderson bat Michon 6/2 6/3 6/2
Seppi bat Monaco 6/2 6/4 6/4
Ferrer bat Bolelli 6/2 6/3 6/2

Garcia-Lopez bat Mannarino 6/4 6/3 4/6 6/0
Young bat F. Lopez 6/3 7/6 6/3
Monfils bat Struff 7/6 6/4 6/1
Fognini bat Bellucci 6/3 6/4 7/6

Gasquet bat Berlocq 7/6 6/4 6/4
Verdasco bat Cuevas 4/6 6/7 7/5 6/4 6/3
Kohlschreiber bat Istomin 6/3 7/6 6/2
Murray bat Matosevic 6/3 6/1 6/3
Berdych bat Nedovyesov 6/7 6/4 7/5 6/3
Bautista-Agut bat Paire 6/4 7/6 6/2
Robredo bat De Schepper 6/2 6/3 6/3
Isner bat Kukushkin 6/7 7/6 6/3 7/6

Stepanek bat Youzhny 6/0 6/3 3/6 6/4
Gulbis bat Bagnis 6/2 7/5 6/0
Tursunov bat Querrey 6/4 7/5 6/1
Federer bat Schwartzman 6/3 6/4 6/4

Raonic bat Vesely 7/6 6/4 6/1
Simon bat A. Gonzalez 6/4 6/0 6/2
Granollers bat Dolgopolov 1/6 3/6 6/3 6/0 6/2
Klizan bat Haase 6/1 3/6 6/1 1/6 7/5

Tsonga bat Melzer 6/2 6/3 6/4
Janowicz bat Nieminen 7/6 7/6 6/4
Cilic bat Kamke 6/3 3/6 6/3 6/0
Djokovic bat Chardy 6/1 6/4 6/2
 


troisième tour

Le match entre Monfils et Fognini tient toutes ses promesses, à savoir un match fou, à l'instar de ce que les deux hommes nous ont offert sur ce même court Suzanne Lenglen en 2010. Le premier set est jonché de breaks de part et d'autre, mais c'est l'Italien qui le remporte. Puis Monfils hausse nettement son niveau de jeu pour remporter les deux manches suivantes. Mais comme lors de leur match légendaire de 2010, il y aura un cinquième set. Gaël porté par le public parvient à trouver les ressources physiques qui ont fait la différence : 5/7 6/2 6/4 0/6 6/2.

   

       


Jo Tsonga signe une éclatante victoire sur le Polonais Jerzy Janowicz. Le Français a retrouvé son meilleur niveau, et il était temps, car c'est maintenant Novak Djokovic qui l'attend en huitièmes de finale : 6/4 6/4 6/3.

   






Gilles Simon a été séduisant dans son match face au grand serveur canadien Milos Raonic. Il a même souvent été dominateur dans les échanges longs, mais Raonic s'est imposé sur le fil. Dommage pour le joueur français : 4/6 6/3 2/6 6/2 7/5.

   




Roger Federer a souffert avant de s'imposer face à un Dmitry Tursunov très entreprenant : 7/5 6/7 6/2 6/4. Le Suisse assure ainsi sa douzième participation aux huitièmes de finale de Roland, un record absolu, puisqu'il bat Guillermo Vilas d'une unité.






Gasquet est impuissant face à la puissance et à la précision du Madrilène Fernando Verdasco qui livre peut-être l'un des meilleurs matchs de sa carrière : 6/3 6/2 6/3.






Andy Murray se fait bousculer par l'Allemand Philipp Kohlschreiber. Le match s'est joué sur deux jours à cause de la nuit tombante alors que les deux hommes en étaient à 7 jeux partout dans la cinquième et dernière manche. L'Ecossais fera enfin la différence au 22ème jeu, mais que ce fut serré : 3/6 6/3 6/3 4/6 12/10.

   

   

  


Résultats :

Nadal bat L. Mayer 6/2 7/5 6/2
Lajovic bat Sock 6/2 7/5 6/3
K. Anderson bat Karlovic 6/3 ab.
Ferrer bat Seppi 6/2 7/6 6/3

Garcia-Lopez bat Young 6/2 6/4 2/6 6/7 6/4
Monfils bat Fognini 5/7 6/2 6/4 0/6 6/2
Verdasco bat Gasquet 6/3 6/2 6/3
Murray bat Kohlschreiber 3/6 6/3 6/3 4/6 12/10

Berdych bat Bautista-Agut 6/1 6/2 6/7 6/4
Isner bat Robredo 7/6 7/6 6/7 7/5
Gulbis bat Stepanek 6/3 6/2 7/5
Federer bat Tursunov 7/5 6/7 6/2 6/4

Raonic bat Simon 4/6 6/3 2/6 6/2 7/5
Granollers bat Klizan 6/7 6/2 7/6 7/5
Tsonga bat Janowicz 6/4 6/4 6/3
Djokovic bat Cilic 6/3 6/2 6/7 6/4



huitièmes

Gaël Monfils marche sur son adversaire Guillermo Garcia-Lopez pendant deux sets, puis les débats s'équilibrent "dangereusement" pour le dernier rescapé du clan tricolore (Tsonga ayant séchement été balayé par Djoko). L'Espagnol devient beaucoup plus difficile à manoeuvrer. Monfils parvient à jouer efficacement les jeux les plus importants, à partir de 5 partout dans la troisième manche : 6/0 6/2 7/5. De la bonne gestion.



   


Cette fois, Verdasco n'affiche pas l'insolente réussite qu'il a eue lors de son troisième tour contre Gasquet. Andy Murray le domine en trois sets : 6/4 7/5 7/6. Le champion olympique, qui revenait de blessures en avril dernier, a maintenant retrouvé un excellent niveau.



   


Roger Federer s'incline face au redoutable revers à deux mains de Ernests Gulbis. Il a fort mal négocié un smash qui devait lui permettre de se détacher nettement au score à 5/3 40/15 dans le deuxième set. Le Suisse n'avait plus perdu avant les quarts à Paris depuis sa défaite face à Kuerten au troisième tour en 2004. Encore une belle série qui s'arrête pour Roger : 6/7 7/6 6/2 4/6 6/3.

   

   

   


Face à Djoko, on imaginait sans peine que ce serait compliqué pour Jo-Wilfried Tsonga, mais là le Manceau s'est fait manger tout cru : 6/1 6/4 6/1. C'est la défaite la plus lourde enregistrée par Tsonga face au champion serbe.

        
 

Résultats :

Nadal bat Lajovic 6/1 6/2 6/1
Ferrer bat K. Anderson 6/3 6/3 6/7 6/1
Monfils bat Garcia-Lopez 6/0 6/2 7/5
Murray bat Verdasco 6/4 7/5 7/6

Berdych bat Isner 6/4 6/4 6/4
Gulbis bat Federer 6/7 7/6 6/2 4/6 6/3
Raonic bat Granollers 6/3 6/3 6/3
Djokovic bat Tsonga 6/1 6/4 6/1


quarts

Nadal concède la première manche à son ami David Ferrer, mais ensuite le rouleau compresseur se remet en marche : 4/6 6/4 6/0 6/1.

   




Face à Murray, Gaël Monfils a fait rêver le public parisien en recollant au score après avoir perdu les deux premières manches. La nuit prenant le pas sur le jour, le juge-arbitre songea à interrompre les débats pour les repousser au lendemain. Mais avec le Français qui jouait si bien, il eût été dommage de stopper aussi brutalement la dynamique. Andy au contraire suggérait de ne pas jouer ce soir le dernier set, comptant ainsi casser l'élan victorieux de son adversaire. Mais l'histoire fut écrite autrement et en a surpris plus d'un : Andy a remis les gaz dans la manche décisive, laissant un Monfils qui confondait manifestement vitesse et précipitation couler à pic : 6/4 6/2 4/6 2/6 6/0.

   

   


Ernest Gulbis a confirmé son exploit en se débarrassant avec beaucoup d'autorité de la tête de série n°6 Tomas Berdych : 6/3 6/2 6/4.



   


Résultats
Nadal bat Ferrer 4/6 6/4 6/0 6/1
Murray bat Monfils 6/4 6/1 4/6 1/6 6/0
Gulbis bat Berdych 6/3 6/2 6/4
Djokovic bat Raonic 7/5 7/6 6/4
 
retour en haut de page


demis 

Les demi-finales furent sans grand intérêt, et pas à la hauteur de ce qu'on était en droit d'espérer.

Murray passe complèment à côté de sa demi-finale, et face à Nadal le cannibale, ce genre d'absence ne pardonne pas : 6/3 6/2 6/1.






L'opposition offerte par le Letton Gulbis est à peine plus plaisante. Djokovic ressent quelques douleurs au dos, ce qui peut expliquer la perte du troisième set, mais Gulbis aussi semble physiquement diminué ! Le moins blessé des deux s'impose : 6/3 6/3 3/6 6/3.



   


Résultats
Nadal bat Murray 6/3 6/2 6/1
Djokovic bat Istomin 6/3 6/3 3/6 6/3


finale
arbitrée par Pascal Maria


De gros enjeux dans cette finale qui, quel que soit son verdict, entrera dans l'Histoire. Soit Nadal remportera son cinquième French Open d'affilée, ce que personne n'avait jamais réussi, et son neuvième en tout, soit Djokovic décroche le dernier titre majeur qui manque à son palmarès.



Djokovic breake le premier, et avec difficulté, il parvient à remporter la première manche. Les deux hommes sont tendus, mais l'Espagnol trouve les ressources pour recoller à une manche partout. C'est ensuite lui qui va nettement dominer les débats. Au comble de la tension, le n°2 offre la victoire à son rival sur une double faute : 3/6 7/5 6/2 6/4.

       







Djokovic avait cette année de sérieuses chances de pouvoir enfin remporter Roland, mais il échoue encore face au même homme, comme Federer en d'autres moments. Nadal est décidément intraitable quand il joue ici, et il devient le premier homme à remporter le tournoi parisien cinq fois de suite. Sur les autres Grands Chelems, seuls deux hommes avant lui avaient su en faire autant dans l'ère open : Borg à Wimbledon, et Federer à Wimbledon et à New York. Mais Rafa est le seul à avoir remporté neuf fois le même tournoi. Et pour cela on se prend à croire qu'il mériterait le titre officieux de meilleur joueur de tous les temps, en écho aux déclarations d'Agassi qui avaient précédé la quinzaine.

   


Résultats
Nadal bat Djokovic 3/6 7/5 6/2 6/4 

 
Autres résultats
 
La Russe Maria Sharapova remporte Roland Garros pour la deuxième fois en trois éditions. Elle domine en deux sets la Roumaine Simona Halep qui jouait là sa première finale en Grand Chelem. C'est le cinquième titre majeur pour Maria, qui a déjà remporté tous les trophées.




Les Russes ont bien rempli le tableau d'honneur avec deux autres lauréats chez les jeunes : Darya Kasatkina et Andrey Rublev.

   


Trente ans après Noah et Leconte, Julien Benneteau et Edouard Roger-Vasselin décrochent la timbale dans le double messieurs. Ils ont terrassé les favoris dans cette finale Marcel Granollers et Marc Lopez. Un grand cocorico !