Rafael NADAL

Espagne - gaucher

Né le 3 juin 1986 à Manacor.



Rafa est considéré comme le meilleur joueur sur terre battue de tous les temps. Son palmarès sur cette surface est vertigineux. Et il a d'ailleurs privé son grand rival Federer d'un Grand Chelem à deux ou trois reprises, en le dominant régulièrement en finale de Roland Garros. Pour autant, il serait réducteur de résumer la carrière de Rafa à ses performances sur terre, car sur les surfaces plus rapides, le Majorquin fait également très peur à tout le monde !


Palmarès :

69 titres dont 9 Roland-Garros, 2 Wimbledon, 2 US Open, 1 Open d'Australie et 1 médaille d'or olympique
3 victoires en coupe Davis


Son meilleur classement :
n°1 mondial en 2008

2005


Chronologie de ses titres en Grand Chelem :
  1. 2005 Roland Garros 2005
  2. 2006 Roland Garros 2006
  3. 2007 Roland Garros 2007
  4. 2008 Roland Garros 2008
  5. 2008 Wimbledon 2008
  6. 2009 Open d'Australie 2009
  7. 2010 Roland Garros 2010
  8. 2010 Wimbledon 2010
  9. 2010 US Open 2010
  10. 2011 Roland Garros 2011
  11. 2012 Roland Garros 2012
  12. 2013 Roland Garros 2013
  13. 2013 US Open 2013
  14. 2014 Roland Garros 2014

Personnalité et popularité :

D'une grande noblesse sportive, Rafa a toujours fait l'unanimité au sujet de son fair-play auprès des médias. Pourtant, son bras gauche, si redouté, n'est pas une arme "naturelle", et quand il doit servir, Rafa a besoin d'un temps de préparation qui retarde considérablement sa mise en jeu. Du coup, on lui a reproché ce temps d'attente, et cela a pu nuire à sa popularité, notamment parce que les secondes ont tendance à s'additionner quand le Majorquin est malmené dans le match.


Ce que les autres champions ont dit de lui :

Roger Federer, après sa victoire en finale de Wimbledon en 2007 : Au vu de la façon dont Rafa a joué aujourd'hui, il mérite de gagner le titre ici un jour.

Roger Federer : Quand je suis devenu numéro 1 mondial il y a bien longtemps, j'ai toujours dit que si je devais perdre cette place, je voulais que ça soit de cette façon, contre quelqu'un qui joue des parties incroyables, qui gagne des grands titres, et qui joue un tennis parfait tout au long de l'année. Et Rafa a fait tout ça. Il mérite amplement d'être n°1.

Kevin Kim : Jouer contre Nadal à Roland Garros, c'est un peu comme être en plein milieu du Sahara sans nourriture et sans eau. Il y a très peu de chances de s'en sortir.


Style de jeu :

Naturellement droitier, comme la majorité des joueurs, Rafael Nadal, sous l'impulsion de son oncle Toni, a réussi le pari de dompter son bras gauche pour en faire son arme fatale !

Son lift giclant en coup droit est particulièrement gênant pour tous ses adversaires, mais en particulier pour le plus grand d'entre eux Roger Federer, qui n'a jamais trouvé la clé pour le battre à Roland-Garros, alors que les occasions n'ont pas manqué (cinq confrontations).


Carrière :

Un des premiers mots qui vient à l'esprit quand on veut évoquer la carrière de Nadal, c'est peut-être sa précocité. Car si Rafa a pratiquement tout gagné, il l'a réussi plus vite que tout le monde ou presque : 10 Grands Chelems remportés à l'âge de 25 ans, c'est un temps de passage légèrement meilleur que ceux de Sampras (25 ans et 11 mois) et de Federer (25 ans et 5 mois). Dans l'ère open, seul Borg a fait mieux en remportant son dixième majeur à 24 ans. Mais Nadal est de très loin le plus jeune joueur à avoir aligné trois titres consécutifs dans un même tournoi du Grand Chelem (21 ans), devant Borg (22 ans et 1 mois), McEnroe (22 ans et 7 mois), Sampras (23 ans et 11 mois), Federer (23 ans et 11 mois) et Lendl (27 ans et 7 mois). Il est aussi le plus jeune - et de loin - des rares champions ayant triomphé dans les quatres levées (24 ans et 3 mois) devant Federer (27 ans et 9 mois), Agassi (29 ans et 1 mois) et Laver (31 ans et 1 mois en 1969). Enfin, à l'âge de 20 ans, en juin 2006, Nadal comptait déjà 17 titres. Par comparaison, Borg, qui a suivi une trajectoire parallèle à la sienne, avait empoché un titre de moins au même âge, et Wilander remportait son quatorzième trophée la semaine de ses 20 ans.

C'est au Masters Series de Hambourg en 2003 que Rafael Nadal se fait remarquer pour la première fois. Il n'a pas encore 16 ans, et il bat Paul-Henri Mathieu puis surtout Carlos Moya, un des favoris, avant de se faire éliminer du tournoi par Gaudio au stade des huitièmes de finale.

En 2004, Nadal remporte son premier titre sur le circuit principal, à moins de 18 ans. Il enchaînera avec 11 titres dans la seule année 2005, dont Monte Carlo,
Barcelone, Rome et les Internationaux de France. Il mérite déjà son statut de "roi de la terre battue".

Les années 2004-2007 sont celles de l'hégémonie de Roger Federer. Nadal doit se contenter de la place de numéro deux. Lui-même se définit comme "le meilleur n°2 mondial de tous les temps", derrière le Suisse, déjà reconnu par l'intéressé comme le plus grand de tous.

2008 sera l'année de la passation de pouvoir : les performances sportives de Federer déclinent, et Nadal prend l'ascendant, ce qui se concrétise à Wimbledon, dans le jardin de Federer, où l'Espagnol parvient à faire plier son rival dans une finale d'anthologie.

Après avoir remporté l'Open d'Australie, Nadal se blesse en 2009 et ne peut pas maintenir sa suprématie, et Federer, sans rival, reprend les commandes.

En 2010, Nadal réalise ce que les médias ont appelé le "grand chelem rouge", à sav
oir les quatre plus grands tournois sur terre battue : Monte Carlo, Rome, Madrid et bien sûr Roland Garros, un exploit sans précédent. Il réussira également un exploit plus impressionnant, en s'imposant à Wimbledon et à New York, devenant le cinquième homme à réaliser le petit Chzlem, après Rod Laver (Grand Chelem en 1969), Jimmy Connors (1974), Mats Wilander (1988) et Roger Federer (2004, 2006, 2007). Il redevient évidemment le n°1 mondial.

En 2011, en s'imposant à Monte Carlo, il ajoute un nouveau record à son curriculum vitae : il devient le premier joueur de l'ère open à remporter sept titres consécutifs dans un tournoi. Il remporte cette année-là une sixième fois Roland Garros, et égale donc Borg. Mais l'exceptionnelle saison réussie par le Serbe Djokovic va mettre à mal sa confiance y compris sur terre battue. Le Serbe devient le premier à le battre deux fois de suite sur cette surface, à Madrid puis à Rome. Nadal parvient régulièrement en finale dans les tournois majeurs, mais il s'incline à chaque fois contre sa nouvelle bête noire. Il va ainsi cumuler les déceptions entre Wimbledon 2011 et Melbourne 2012. Roland Garros sera l'occasion de stopper l'hémorragie. Djokovic s'empare logiquement de la première place mondiale.

En 2012, le Majorquin remporte le Masters 1000 de Monte Carlo pour la huitième fois ! Il ajoute à sa formidable série de records celui tant convoité du nombre de couronnes à Roland-Garros, puisqu'il y décroche sa septième couronne en ne concédant qu'un seul set, en finale contre Djokovic. Mais sa période faste marque un coup d'arrêt brutal à Wimbledon. Nadal est vaincu en cinq manches par un inconnu, le 100ème joueur mondial Lukas Rosol, et ce dès le deuxième tour. Une sortie aussi prématurée ne lui était pas arrivée depuis Wimbledon 2005, une éternité. Sa blessure au genou s'étant réveillée, Nadal ne jouera plus avant février 2013, rétrogradant au 5ème rang mondial.

En 2013, malgré cette longue interruption, Nadal va réussir un retour tonitruant, et son appétit d'ogre va vite trouver de quoi le rassasier. Il domine notamment Almagro et Ferrer au tournoi d'Acapulco, tournoi qu'il remporte sans concéder le moindre set. Et surtout à Indian Wells le Majorquin inflige une correction à Federer, certes amoindri par une douleur au dos, puis Berdych et Del Potro pour remporter son 22ème titre dans la catégorie des Masters 1000. Il remporte Roland-Garros pour la huitième fois après avoir dominé sur le fil Novak Djokovic en demi-finale. A Wimbledon, il rate son tournoi une nouvelle fois en s'inclinant dès le premier tour face au Belge Steve Darcis, méconnu du grand public. Il attaque la tournée américaine sur les chapeaux de roue avec un troisième titre glané dans le Masters du Canada, où il domine notamment Djokovic en demi-finale. Il enchaîne avec une victoire à Cincinnati, devenant le premier à réussir le doublé Canada-Ohio depuis Roddick en 2003. Et comme l'Américain, il confirme cette large domination en remportant l'US Open.

Nadal a donc remporté 10 titres en 2013 dont deux Grands Chelems et 5 Masters 1000, mais la fin de saison est plus délicate : il voit revenir comme un boulet son rival Djokovic qui menace jusqu'au bout sa place de n°1 mondial. Sans doute émoussé en cette fin de saison, Nadal subit en effet plusieurs déconvenues : à Pékin contre le Serbe, à Shanghai contre Del Potro, et à Bercy contre son compatriote David Ferrer.

En 2014, Rafa atteint la finale de Melbourne où il est vaincu par le Suisse Wawrinka. Il sera très déçu de voir le titre australien lui
échapper. Mais il se reprend dans son fief parisien où il glane un neuvième trophée, affolant encore un peu plus les statistiques. Il se défait de Murray puis de Djokovic qui avait pourtant les faveurs des pronostics.

Une seule ligne manque à son palmarès : la Masters Cup. Mais l'engagement physique que son jeu réclame se paie souvent en fin d'année, et quand commence le Masters qui clôt la saison, le corps de Nadal lui demande déjà du repos.


Son entraîneur :
Toni Nadal


Ses titres :

14 Gds Chelems 0 Masters 28 Masters 1000 17 ATP 500 9 ATP 250 1 médaille d'or


Sopot 2004 Costa do Sauipe 2005 Acapulco 2005 Monte Carlo 2005 Barcelone 2005

Rome 2005 R-Garros 2005 Bastad 2005 Stuttgart 2005 Montréal 2005

Pékin 2005 Madrid 2005 Dubai 2006  Monte Carlo 2006 Barcelone 2006

Rome 2006 R-Garros 2006 Indian Wells 2007 Monte Carlo 2007 Barcelone 2007

Rome 2007 R-Garros 2007 Stuttgart 2007 Monte Carlo 2008
Barcelone 2008

Hambourg 2008 R-Garros 2008 Queen's 2008 Wimbledon 2008 Toronto 2008

JO 2008 Australie 2009 Indian Wells 2009 Monte Carlo 2009 Barcelone 2009

Rome 2009 Monte Carlo 2010 Rome 2010 Madrid 2010 R-Garros 2010

Wimbledon 2010 US Open 2010 Tokyo 2010 Monte Carlo 2011 Barcelone 2011

R. Garros 2011 Monte Carlo 2012 Barcelone 2012 Rome 2012 R. Garros 2012

Sao Paulo 2013 Acapulco 2013 Indian Wells 2013 Barcelone 2013 Madrid 2013

Rome 2013 R. Garros 2013 Montréal 2013 Cincinnati 2013 US Open 2013

Doha 2014 Rio 2014 Madrid 2014 R. Garros 2014 Buenos Aires 2015

Stuttgart 2015 Hambourg 2015 Monte Carlo 2016 Barcelone 2016





Sa compagne :
Maria Francisca Perello, alias Xisca