© 2016 Chron'open
US Open 2012
- du 27 août au 10 septembre 2012 -


 
tournée préparatoire
Atlanta Los Angeles Washington Toronto Masters 1000 Cincinnati Masters 1000 Winston-Salem

Vainqueur des US Open Series : Novak Djokovic
Absents :  Nadal, Monfils, Nalbandian, Söderling 
Météo : la pluie a dérangé le déroulement du tournoi. En deuxième semaine, un vent violent a également joué les trouble-fête. 

Pour la première fois depuis 2005, trois joueurs différents ont remporté les trois premières levées du Grand Chelem. Federer arrive sur une très bonne lancée après son 7ème sacre à Wimbledon, sa médaille d'argent à Londres, puis  son 5ème titre à Cincinnati. Djokovic a perdu sa place de n°1 mondial au profit du Suisse, mais il revient en force après sa déconvenue des JO. Le champion olympique Andy Murray arrive lui aussi à New York avec les plus grosses ambitions : il tentera de remporter son premier titre du Grand Chelem.    




Têtes de série (TS)
1 Roger Federer 5 Jo-Wilfried Tsonga 9 John Isner 13 Richard Gasquet
2 Novak Djokovic 6 Tomas Berdych 10 Juan Monaco 14 Alexandr Dolgopolov
3 Andy Murray 7 J. Martin Del Potro 11 Nicolas Almagro 15 Milos Raonic
4 David Ferrer 8 Janko Tipsarevic 12 Marin Cilic 16 Gilles Simon
17 Kei Nishikori 21 Tommy Haas 25 Fernando Verdasco 29 Viktor Troicki
18 Stan. Wawrinka 22 Florian Mayer 26 Andreas Seppi 30 Feliciano Lopez
19 Philipp Kohlschreiber 23 Mardy Fish 27 Sam Querrey 31 Julien Benneteau
20 Andy Roddick 24 Marcel Granollers 28 Mikhaïl Youzhny 32 Jérémy Chardy

 

 
Sur cette page est traitée l'intégralité du tournoi.
Vous pouvez aussi visualiser séparément la première semaine (trois premiers tours) et la deuxième semaine.
 
 
 
 

autres résultats



premier tour

Aucun problème pour Roger Federer, qui déroule face au malchanceux Donald Young. L'ancien champion du monde juniors a tiré le chapeau du n°1 mondial pour débuter l'US Open et essuie logiquement une 18ème défaite sur ses 19 derniers matchs : 6/3 6/2 6/4.

   




Paul-Henri Mathieu sauve deux balles de match avant de remporter une nouvelle rencontre en cinq sets face à Igor Andreev : 2/6 4/6 7/6 7/6 6/1.




Gilles Simon aura lui aussi besoin de cinq manches pour s'imposer face à l'Américain Michael Russell, qui n'a encore jamais gagné le moindre match à l'US Open en neuf participations : 7/6 3/6 5/7 6/4 6/1.

   


Juan Monaco est le premier top 10 à s'incliner. L'Argentin était pourtant très bien parti avant de voir Garcia-Lopez refaire son retard et s'imposer sur le tie-break du cinquième set : 3/6 1/6 6/4 7/6 7/6.






Cruel manque d'efficacité pour David Goffin : face à Berdych, le jeune Belge ne convertit qu'une seule balle de break sur les dix-neuf obtenues et s'incline assez sèchement à l'arrivée : 7/5 6/3 6/3.






Beaucoup de victoires après perte des deux premières manches dans ce premier tour 2012. Dolgopolov s'est réveillé juste à temps pour gagner un match qui semblait n'étre qu'une formalité : 3/6 4/6 6/4 6/1 6/2. Jesse Levine menait très nettement au score 6/3 6/4 4/0 quand l'Ukrainien a commencé son match.



L'élégant polo Lacoste aura été un des tubes de ce premier tour. Et on le reverra, puisque trois de ses ambassadeurs - Benneteau, Paire et Gasquet - se sont qualifiés pour la suite du tournoi. On notera que Mahut a servi pour le match après avoir remporté les deux premiers sets contre Petzschner; et Roger-Vasselin face à Fognini compte lui aussi parmi les neuf joueurs de ce premier tour ayant mené deux manches à rien avant de succomber.




deuxième tour

Pour la deuxième fois de sa carrière, le trentenaire Mardy Fish remonte un handicap de deux sets avant de déposer Davydenko : 4/6 6/7 6/2 6/1 6/2.






Grandement gêné à l'épaule, c'est un Gilles Simon qui ne servait que des secondes balles qui a su venir à bout du surprenant Taïwanais Jimmy Wang, tombeur au premier tour d'Ivo Karlovic : 6/4 4/6 6/4 6/4.

   


Jérémy Chardy est la grande satisfaction tricolore de ce début de tournoi. Favori, il a tenu son rang sans s'attarder sous le soleil de plomb de l'été indien. Il a battu l'Australien Matthew Ebden : 6/4 6/2 6/2  

   


Mais nous n'aurons pas droit au choc franco-français attendu, puisque Jo-Wilfried Tsonga fait une malheureuse sortie de route. Se plaignant de la chaleur, il passe complètement à côté de son match face au Slovaque Martin Klizan : 6/4 1/6 6/1 6/3. C'est donc Klizan qui attendra Chardy en seizièmes de finale.






Benoît Paire et Philipp Kohlschreiber ont offert un match haut en suspense. Paire a manqué plusieurs occasions d'en finir avec le joueur allemand, qui possède un des plus beaux revers du circuit. Le Français a d'abord mené 2 manches à 1 avec break en poche dans le quatrième set, sans réussir à achever son adversaire. Puis c'est lui qui fut distancé et sauva des balles de 5/1 dans la dernière manche pour revenir à la marque et même passer devant au point de servir pour le match. Mais c'est Kohlschreiber qui ira défier John Isner au troisième tour : 6/7 6/3 3/6 6/2 7/6.

   




Roddick qui vient d'annoncer la veille jour de ses 30 ans qu'il rangera sa raquette à l'issue de ce tournoi, a reçu une pluie d'hommages de ses pairs. Porté par tout un stade pour sa tournée d'adieu, il a sorti un match remarquable pour sortir Bernard Tomic : 6/3 6/4 6/0.

   




Le novice Novikov, en tentant souvent des coups de poker, se montra beaucoup plus coriace que prévu. Julien Benneteau éprouva toutes les peines du monde à faire respecter la hiérarchie face au 1098ème joueur mondial : 3/6 6/4 7/6 7/5.



troisième tour

Federer en patron sur son troisième tour face à Fernando Verdasco : l'Espagnol a été dominé dans tous les compartiments du jeu par le n°1 mondial : 6/3 6/4 6/4.




Gilles Simon a fait douter Mardy Fish, qui devant cet adversaire amoindri par une épaule endolorie a souvent perdu le fil de son jeu, et commis une cinquantaine de fautes directes. Simon s'incline en quatre sets : 6/1 5/7 7/6 6/3. Mais souffrant de problèmes cardiaques l'Américain déclarera forfait le surlendemain pour son huitième de finale face à Federer.






Andy Murray a été au charbon face à Feliciano Lopez qui a disputé un de ses meilleurs matchs de la saison. Le champion olympique fut dominé aux points mais a eu le mérite de serrer le jeu quand il le fallait, c'est-à-dire dans les tie-breaks : 7/6 4/6 7/6 7/6.

   


Tomas Berdych se montre solide pour écarter de sa route le canonnier américain Sam Querrey : 6/7 6/4 6/3 6/2.

   


Incapable de développer son jeu offensif, Chardy s'est montré très décevant face au bourreau de Tsonga. Mieux classé que le Slovaque, lui aussi passe à la trappe : 6/4 6/4 6/4. Et si c'était lui la révélation de cette édition 2012, Martin Klizan ?






Philipp Kohlschreiber poursuit son aventure à New York. Il crée une surprise en dominant John Isner soutenu par tout le stadium Arthur-Ashe pour cette night session qui s'est terminé à 2h26 du matin, ce qui en fait le match le plus tardif de l'histoire de l'US Open, à égalité avec le deuxième tour qui opposa en 1993 les Suédois Wilander et Pernfors. L'Allemand s'impose en cinq manches : 6/4 3/6 4/6 6/3 6/4 et remporte ainsi son cinquième match en cinq sets d'affilée.

   


Julien Benneteau n'a rien pu faire pour enrayer la machine Djokovic qui déroule une fois encore : 6/3 6/2 6/2.

   



Résultats :

Federer bat Verdasco 6/3 6/4 6/4
Fish bat Simon 6/1 5/7 7/6 6/3
Almagro bat Sock 7/6 6/7 7/6 6/1
Berdych abt Querrey 6/7 6/4 6/3 6/2

Murray bat Lopez 7/6 7/6 4/6 7/6
Raonic bat Blake 6/3 6/0 7/6
Cilic bat Nishikori 6/3 6/4 6/7 6/3
Klizan bat Chardy 6/4 6/4 6/4

Tipsarevic bat Zemlja 6/4 6/3 7/5
Kohlschreiber bat Isner 6/4 3/6 4/6 6/3 6/4
Gasquet bat Johnson 7/6 6/2 6/3
Ferrer bat Hewitt 7/6 4/6 6/3 6/0

Del Potro bat L. Mayer 6/3 7/5 7/6
Roddick bat Fognini 7/5 7/6 4/6 6/4
Wawrinka bat Dolgopolov 6/4 6/4 6/2
Djokovic bat Benneteau 6/3 6/2 6/2 


huitièmes

On a retrouvé le Murray des JO, impérial, réussissant des retours prodigieux, écoeurant le grand serveur canadien Milos Raonic par des passings fulgurants. Ca n'a pas traîné sut le court central en cette night session : 6/4 6/4 6/2 en moins de deux heures. Raonic sort du court sans n'avoir rien pu faire : "Si je pouvais changer quelque chose ce soir ? Qu'il ne joue pas si bien. Franchement j'ai tout tenté mais il n'y avait rien à faire. Il a juste été trop bon. Il m'a sorti du match. Je n'avais jamais ressenti ça dans mes rencontres précédentes."

   




Tomas Berdych a trucidé son "vieux copain" Nicolas Almagro. Après un premier set accroché, Berdych a breaké très tôt dans la manche suivante, et l'Espagnol a couru derrière. Mais le Tchèque joue de mieux en mieux dans ce tournoi et une fois n'est pas coutume dans leurs face à face le score est très net : 7/6 6/4 6/1.




Gasquet, le dernier Français en lice, bute sur sa bête noire David Ferrer, mais ce fut très serré jusqu'au bout, le Biterrois se faisant breaker au moment où il servait pour rester dans le match : 7/5 7/6 6/4. Il a laissé passer des occasions, notamment deux balles d'égalisation à une manche partout.





"Roddick devrait prendre sa retraite plus souvent", avait plaisanté John McEnroe pour commenter l'actuel niveau de jeu de celui qui a porté sur ses larges épaules l'héritage d'une génération dorée du tennis américain (Sampras, Agassi, Courier, Chang ...). Face à l'Argentin Del Potro, l'ancien n°1 mondial a encore montré de belles choses, qu'on ne le voyait plus faire depuis au moins deux ans. La logique a été respectée, et Roddick a eu droit à une ovation bien méritée du Central pour l'ensemble de son oeuvre.





 
Résultats :

Federer bat Fish par forfait
Berdych bat Almagro 7/6 6/4 6/1

Murray bat Raonic 6/4 6/4 6/2
Cilic bat Klizan 7/5 6/4 6/0
Tipsarevic bat Kohlschreiber 6/3 7/6 6/2
Ferrer bat Gasquet 7/5 7/6 6/4
Del Potro bat Roddick 6/7 7/6 6/2 6/4
Djokovic bat Wawrinka 6/4 6/1 3/1 ab.


quarts

Pour la première fois de sa vie, et après 23 victoires, Roger Federer perd un match de la night session ! Son bourreau l'empêche ainsi d'atteindre le dernier carré de l'US Open pour la première fois depuis 2003. Après avoir pris le meilleur départ, encouragé par un break d'entrée, le Bâlois a commis quelques fautes grossières qui ont complètement relancé le joueur tchèque. En empochant les deux premières manches celui-ci créait déjà un événement, car Federer n'avait plus été mené aus score aussi largement depuis sa défaite en trois sets contre Mirnyi en 2002. Berdych est devenu ce soir le seul joueur à avoir battu Federer à plusieurs reprises en Grand Chelem depuis la prise de pouvoir en 2004 - il l'avait sorti de Wimbledon en 2010 - sans avoir remporté de titre majeur. Une statistique qui n'est pas anodine.. Et pour la première fois depuis 2006, Federer et Djokovic ne s'affronteront pas à Flushing Meadows.

   




Andy Murray non plus n'a encore jamais gagné de Grand Chelem, mais il n'a jamais battu Federer lors d'un des quatre grands rendez-vous. annuels. C'est peut-être son année. Après un départ complètement raté face à Marin Cilic - le score affichait 6/3 5/1 - le médaillé d'or olympique a profité d'un gros passage à vide du Croate au moment de conclure la deuxième manche, pour se remettre dans le sens de la marche, ne laissant plus que des miettes à son adversaire : 3/6 7/6 6/2 6/0.

   


David Ferrer a eu raison de Tipsarevic dans une guerre d'usure dans laquelle il n'avait pourtant pas la partie facile, car le joueur serbe fut souvent étincelant : 6/3 6/7 2/6 6/3 7/6. On retiendra de ce match le nombre incalculable d'erreurs d'arbitrage, à tel point que les deux joueurs challengèrent juste pour manifester à quel point l'arbitre, frileux dans ses décisions, incapable d'overruler des erreurs de 10 centimètres, avait perdu leur confiance.






La défense de fer de Nole a eu de quoi écoeurer Juan Martin Del Potro. Le joueur argentin après près de trois heures de jeu s'incline mais sa résistance fut magnifique, ce que n'indique pas le score sévère : 6/2 7/6 6/4. Certains points ont rappelé les échanges titanesques de la finale de Melbourne entre Nadal et le même Djokovic. Le n°2 mondial atteint sa dixième demi-finale consécutive en Grand Chelem, ce qui lui permet d'égaler Laver et Lendl; seul Federer a fait mieux avec 23 demi-finales d'affilée.









Résultats :
 
Berdych bat Federer 7/6 6/4 3/6 6/3
Murray bat Cilic 3/6 7/6 6/2 6/0
Ferrer bat Tipsarevic 6/3 6/7 2/6 6/3 7/6
Djokovic bat Del Potro 6/2 7/6 6/4
retour en haut de page


demis 

Nadal forfait, Federer éliminé, on se retrouve dans un dernier carré sevré de ces deux champions, ce qui est une première depuis Roland Garros 2004 (où là encore Nadal était forfait), soit une série incroyable qui s'arrête ici de 33 tournois du Grand Chelem consécutifs.

La première demi-finale oppose donc Murray à Berdych. Les conditons météorologiques s'avèrent particulièrement difficiles, avec des bourrasques de vent qui rendent le jeu très aléatoire, les balles prenant des trajectoires imprévisibles. Par son jeu en toucher, l'Ecossais finit par dompter les éléments, alors que le pauvre Berdych ne peut guère développer son jeu tout en puissance. L'Ecossais creuse l'écart et breake dans le quatrième set. Au moment où le temps se calme enfin, Berdych peut remettre ses fondamentaux en place, et parvient même à débreaker, mais Murray force son destin dans le tie break : 5/7 6/2 6/1 7/6. La partie fut marquée par ce vent violent qui déchaîna les éléments, et qui occasionna des points à rejouer : la casquette de Murray tomba au sol, des papiers de spectateurs  planaient au gré du vent, et même les chaises des joueurs firent irruption sur le court !



   


Djokovic prend un départ catastrophique, alors que le vent continue de souffler très fort. Une alerte météo contraint les organisateurs à suspendre les hostilités alors que David Ferrer s'apprêtait à servir pour le set avec deux breaks d'avance en poche : 5/2. Mais le lendemain matin, nouvelle météo, nouveau match : Ferrer parvient certes à conclure le premier set victorieusement, mais Djokovic retrouve son niveau de jeu "classique" et mange tout cru le n°5 mondial : 2/6 6/1 6/4 6/2.






Résultats :

Murray bat Berdych 5/7 6/2 6/1 7/6 
Djokovic bat Ferrer 2/6 6/1 6/4 6/2


finale
arbitrée par Jack Garner


Murray va donc tenter de vaincre le signe indien à l'instar de ce qu'a réussi son mentor Ivan Lendl : remporter sa première finale de Grand Chelem après en avoir perdu quatre. Djokovic reste invaincu sur les Grands Chelems sur dur depuis sa finale perdue ici-même face à Nadal en 2010.



L'Ecossais breake d'entrée mais se fait rejoindre aussitôt. Les cinq premiers jeux sont gagnés par le joueur qui joue à la gauche de l'arbitre ! Coïncidence ? Le vent agité nous souffle que non, ce côté étant moins soumis à ses aléas. Cette manche est en quelque sorte entachée par les conditions météo, et se terminent au tie-break, qui sourit à Murray. Le champion olympique va prendre confiance et dérouler dans la manche suivante au point de mener 4/0 en dix minutes. Mais Djokovic se ressaisit et recolle à 5/5. Murray en courant alternatif parvient à focer la décision et mène deux manches à rien.



Mais Djokovic compte bien réussir ce qui n'est jamais arrivé ailleurs à qu'à Roland Garros dans l'ère open : gagner la finale après avoir perdu les deux premiers sets. Et galvanisé par sa réussite avec les lignes, le Serbe grapille son retard et offre aux spectateurs le suspense d'un cinquième set.



Mais ce dernier set ressemble au deuxième : Djokovic est moins serein, commet des fautes surprenantes, et Murray se détache avec deux breaks d'avance. Djokovic réussit un jeu de service plein d'autorité qui le relance. Mais lorsque Murray sort quatre services gagnants pour confirmer son avance et porter le score à 5/1, Djoko ne s'en relève pas : 7/6 7/5 2/6 3/6 6/2. Andy finaliste à Wimbledon et champion olympique aura réussi un été exceptionnel.



Le "Big Four" mérite plus que jamais son nom. Les quatre meilleurs joueurs du monde ont connu chacun leur heure de gloire : Djokovic à Melbourne, Nadal à Paris, Federer à Londres et donc Murray ici à New York. Quatre lauréats distincts dans les levées du Grand Chelem, ce n'était plus arrivé depuis 2003.




Résultats :

Murray bat Djokovic 7/6 7/5 2/6 3/6 6/2

 
Autres résultats
 
Serena Williams remporte son quatrième US Open, et son quinzième titre en Grand Chelem. Elle renverse la vapeur face à la n°1 mondiale Azarenka qui avait servi pour la gagne.