© 2017 Chron'open
Wimbledon 2002
 - du 24 juin au 7 juillet 2002 -

 
tournée préparatoire
Halle Queen's Nottingham 's-Hertogenbosch
 
 
 
 
Absents : Ivanisevic, Grosjean, Kuerten, A. Costa, Haas, Corretja, Moya
Le tenant du titre, Goran Ivanisevic, ne s'aligne pas au départ de l'édition 2002, du fait d'une douleur à l'épaule.
 
Météo : première semaine ensoleillée, deuxième semaine sous la flotte.
 
 
 
Les Américains Pete Sampras et Andre Agassi ont sensiblement reculé dans la hiérarchie. Lleyton Hewitt le n°1 mondial a prouvé en remportant le Queen's pour la troisième fois de suite qu'il savait se montrer redoutable sur gazon. Mais peut-être faut-il se méfier davantage des représentants du vieux continent, tels que Safin, Henman ou encore Federer.




Têtes de série (TS)
1 Lleyton Hewitt

5 Yevgeny Kafelnikov

9 Juan Carlos Ferrero

13 Younès El Aynaoui

2 Marat Safin

6 Pete Sampras

10 Guillermo Cañas

14 Thomas Enqvist

3 Andre Agassi

7 Roger Federer

11 Andy Roddick

15 Andreï Pavel

4 Tim Henman

8 Thomas Johansson

12 Jiri Novak

16 Nicolas Escudé

17 Rainer Schüttler

21 Max Mirnyi

25 Fabrice Santoro

29 James Blake

18 Sjeng Schalken

22 Nicolas Lapentti

26 Todd Martin

30 Ivan Ljubicic

19 Juan Ignacio Chela

23 Greg Rusedski

27 Xavier Malisse

31 Radek Stepanek

20 Tommy Robredo

24 Gaston Gaudio

28 David Nalbandian

32 Jarkko Nieminen



 
 
 
 
 

premier tour

Tirage difficile pour Cédric Pioline, qui doit laisser la victoire à Marat Safin, tête de série n°2 : 7/6 6/2 6/3.




Roger Federer, n°7 mondial, pourtant très attendu, s'incline face à l'inconnu venu de Croatie Mario Ancic : 6/3 7/6 6/3. Cette défaite surprenante est le coup d'envoi d'une hécatombe qui va se prolonger sur trois jours.

    



Le sort n'a pas été tendre pour les frères Olivier et Christophe Rochus, qui doivent s'affronter. Et c'est le cadet Olivier qui s'impose : 6/2 3/6 7/6 6/0.



deuxième tour

Richard Krajicek remporte contre James Blake un match en cinq sets, ce qui ne lui était plus arrivé ici depuis 1997 : 6/3 6/4 3/6 4/6 11/9.




Olivier Rochus, qui venait de battre son grand frère, s'en prend maintenant à Marat Safin : 6/2 6/4 3/6 7/6. Le Belge prend ainsi une belle revanche sur le Russe qui l'avait éliminé à Roland-Garros un mois plus tôt. Voilà qui relativise aussi sa déception d'avoir eu à éliminer son propre frère au tour précédent, un vrai crève-coeur pour lui.

    



Pete Sampras ne s'en doutait pas au moment d'entrer sur le court n°2, qu'on appelle le Cimetière, tant ce court a porté malheur à des favoris par le passé, mais il venait y disputer son dernier match à Wimbledon, contre George Bastl, un lucky-loser. Lui qui avait chuté face à Federer un an plus tôt, on peut dire que décidément les Suisses ne lui ont pas réussi sur sa fin de carrière ! Défait sur le court n°2, il ne reverra donc pas le Centre Court. C'est en larmes que Sampras quitte le tournoi qui l'a fait roi à sept reprises, lui qui n'avait jamais quitté la compétition aussi prématurément depuis 1991. La lettre que son épouse Bridgette lui a écrit et qu'il découvre lors d'un changement de côté ne lui aura pas suffi pour inverser le cours de ce match. "Il n'est pas question que j'arrête là-dessus (...) Je reviendrai". Mais en fait Pete ne revint pas : 6/3 6/2 4/6 3/6 6/4.

    
 
    
   


En ce mercredi noir, c'est au tour d'Agassi, qui manque d'audace face au modeste Thaïlandais Srichaphan, de passer à la trappe : 6/4 7/6 6/2.

    

 

Résultats :

L. Hewitt bat Carraz 6/4 7/6 6/2
Knowle bat Nieminen 6/3 6/4 6/3
Youzhny bat Gaudio 6/0 1/6 7/6 5/7 6/4
Escudé bat Rosset 6/2 5/7 7/5 6/4

Morrison bat Ferrero 6/3 7/5 7/6
Schalken bat Chang 7/6 6/3 4/6 6/1
Voinea bat Santoro 6/2 6/4 3/6 6/3
Vacek bat Ancic 6/4 6/4 7/5

Henman bat Draper 3/6 6/3 6/4 6/3
Ferreira bat Ljubicic 6/4 6/4 3/6 4/6 6/3
Stepanek bat Sluiter 6/3 6/7 6/3 6/3
Kratochvil lat Labadze 3/6 6/0 7/6 7/6

Lopez bat Cañas 4/6 2/6 7/6 7/5 10/8
Schüttler bat Sargsian 6/3 6/0 6/1
Sa bat Koubek 3/6 7/6 7/5 6/3
Saretta bat Waske 6/7 6/4 6/4 7/5
Kafelnikov bat Thomann 7/6 6/2 6/2
Malisse bat Spadea 7/5 6/2 6/2
Rusedski bat Lee 6/1 6/4 5/7 6/2
Roddick bat A. Martin 6/1 6/2 6/2

Philippoussis bat Enqvist 7/5 6/3 6/4
Kiefer bat F. Gonzalez 7/5 6/3 6/0
Krajicek bat Blake 6/3 6/4 3/6 4/6 11/9
Srichaphan bat Agassi 6/4 7/6 6/2

Bastl bat Sampras 6/3 6/2 4/6 3/6 6/4
Nalbandian bat Mathieu 7/6 7/6 6/3
T. Dent bat Gambill 6/4 7/5 7/6
Arthurs bat Novak 6/3 7/6 6/3

Pavel bat Beck 3/6 6/1 7/6 6/4
N. Lapentti bat Cowan 4/6 6/4 6/3 6/2
Clément bat T. Martin 6/3 6/4 7/6
O. Rochus bat Safin 6/2 6/4 3/6 7/6


troisième tour

Andy Roddick n'a pas confirmé l'impression laissée au dernier US Open, dont il fut l'une des révélations. L'Américain chute face à Greg Rusedski : 6/3 6/4 6/2. Avec Roddick, c'est la case de l'oncle Sam qui prend l'eau. Car phénomène étonnant, inédit depuis 1922 : il n'y aura aucun Américain en huitièmes.




Krajicek, inquiété par son coude droit fragile, qu'il a fait opéré en mars 2001, n'en revient pas d'être là en deuxième semaine, lui qui tentait un retour presque précipité, lui qui accumulait les déboires physiques, à cause de ce coude. Et quelle belle victoire sur Paradorn Srichaphan, le tombeur d'Agassi : 7/6 6/4 6/2. Mais un autre de ses membres allait commencer à l'enquiquiner dans ce match : son pied. Pour l'heure, il est le seul ancien vainqueur du tournoi encore debout !

    
 


Vainqueur d'Olivier Rochus 6/0 7/5 6/3, Arnaud Clément est donc le dernier rescapé français à l'abord de la deuxième semaine. Comme en 2000, il atteint les huitièmes. Et sa partie de tableau est bien dégarnie ...




Car l'autre Français, Nicolas Escudé, souffrant d'une déchirure musculaire, n'a pas pu se sortir de son match contre le Russe Mikhaïl Youzhny : 6/2 1/6 6/3 6/3. Bravo à lui car, malgré cette blessure aux abdominaux, il avait battu le Suisse Marc Rosset au tour précédent.




Victoire difficile pour le régional de l'étape, Tim Henman, face au Sud-Africain Wayne Ferreira : 7/6 3/6 7/6 6/1. Dans le tie-break du 3ème set, Ferreira semble avoir été victime d'une faute d'arbitrage : au lieu de mener alors 5/1, il se retrouve à 4/2, ce qui relance Henman qui déroulera dans la manche suivante, comme si son adversaire n'avait jamais digéré la frustration.





Résultats :

L. Hewitt Knowle 6/2 6/1 6/3
Youzhny bat Escudé 6/2 1/6 6/3 6/3
Schalken bat Morrison 6/4 7/6 6/0
Vacek bat Voinea 6/1 4/6 6/3 6/4

Henman bat Ferreira 7/6 3/6 7/6 6/1
Kratochvil bat Stepanek 6/2 6/3 6/3
Lopez bat Schüttler 3/6 7/6 6/4 6/4
Sa bat Saretta 2/6 6/4 6/3 1/6 6/1

Malisse bat Kafelnikov 7/6 7/5 6/1
Rusedski bat Roddick 6/3 6/4 6/2
Philippoussis bat Kiefer 3/6 6/3 6/4 6/2
Krajicek bat Srichaphan 7/6 6/4 6/2

Nalbandian bat Bastl 6/2 6/2 6/2
Arthurs bat T. Dent 7/6 7/6 6/7 7/6
N. Lapentti bat Pavel 3/6 3/6 7/6 6/4 6/2
Clément bat O. Rochus 6/0 7/5 6/3


huitièmes

Match héroïque livré par le Britannique Tim Henman face à Kratochvil, qu'il remporte 7/6 6/7 4/6 6/3 6/2.




Beaucoup trop de doubles fautes commises par Mark Philippoussis. Krajicek file inexorablement vers la victoire dans un match bousculé par les intempéries, retardé d'une journée, et étalé sur trois jours : 6/7 7/6 6/7 7/6 6/4.

    
 


Dommage pour Arnaud Clément, qui se voyait peut-être trop vite en quarts, tellement il semblait supérieur face à Nicolas Lapentti : 7/5 3/6 2/6 7/5 6/3. Le Français termine très déçu.

    
 


Déception dans le public quand Greg Rusedski se fait sortir par le Belge Xavier Malisse : 3/6 6/3 3/6 6/3 6/4.


 
 

Résultats :

L. Hewitt bat Youzhny 6/3 6/3 7/5
Schalken bat Vacek 6/2 7/5 7/5
Henman bat Kratochvil 7/6 6/7 4/6 6/3 6/2
Sa bat Lopez 6/3 7/5 4/6 6/3

Malisse bat Rusedski 3/6 6/3 3/6 6/3 6/4
Krajicek bat Philippoussis 6/7 7/6 6/7 7/6 6/4
Nalbandian bat Arthurs 6/4 7/6 2/6 7/6
N. Lapentti bat Clément 3/6 7/5 2/6 7/5 6/3


quarts

Le beau rêve de Richard Krajicek s'arrête en quarts. Xavier Malisse le brise en cinq sets 6/1 4/6 6/2 3/6 9/7. Le Néerlandais quitte le Central sous l'immense ovation des spectateurs.




Henman a bien du mal à faire entendre raison au Brésilien Andre Sa. A l'heure de jeu, tout sourit à l'Anglais qui semble se diriger vers une victoire facile. Mais il n'en sera rien, car Sa va se réveiller dans les derniers jeux du second set alors que Tim manque deux balles de deux sets à rien sur le service du Sud-Américain. Sa parvient à revenir à hauteur de son adeversaire, un peu contre toute attente. Néanmoins, les deux manches suivantes sont largement dominées par Henman, qui pour la quatrième fois en cinq ans, se hisse dans le dernier carré sur le score de 6/3 5/7 6/4 6/3. Peu de joueurs ont réussi cet exploit.

    



D'autres joueurs venus d'Amérique Latine s'illustrent cette année sur le gazon de Wimbledon. David Nalbandian l'Argentin est même confronté à son "cousin" péruvien Nicolas Lapentti. Et c'est Nalbandian qui se montre le plus fort dans une lutte de fond de court : 6/4 6/4 4/6 4/6 6/4.




Hewitt aussi semblait s'acheminer vers un triomphe aisé, menant deux manches à zéro. Et soudain, l'Australien laisse venir, et permet à Sjeng Schalken de se relancer. Avant de se faire remonter, Hewitt a laissé passer quatre balles de match. Dans la cinquième manche, Schalken ravit à plusieurs reprises le service de Hewitt, mais le numéro 1 mondial revient à chaque fois, galvanisé par des "come on !" qu'il se crie à lui-même. Un match éprouvant que Hewitt remporte 6/2 6/2 6/7 1/6 7/5.





Résultats
L. Hewitt bat Schalken 6/2 6/2 6/7 1/6 7/5
Henman bat Sa 6/3 5/7 6/4 6/3
Malisse bat Krajicek 6/1 4/6 6/2 3/6 9/7
Nalbandian bat N. Lapentti 6/4 6/4 4/6 4/6 6/4  
retour en haut de page


demis

Après Fred Perry en 1936, il faudra encore attendre pour voir un Anglais en finale à Wimbledon. Car cette année, Lleyton Hewitt semble au-dessus de la mêlée. Dans cette demi-finale, son revers fait des ravages, au point que Henman tente de pilonner l'Australien sur son coup droit, quand il ne tente pas des amorties désespérantes ! Hewitt gagne 7/5 6/1 7/5.

    



Malisse était légèrement favori face à Nalbandian, plus à l'aise sur les surfaces lentes. Et pourtant c'est l'Argentin qui, dès sa première participation, s'ouvre les portes de la finale au All England Club. Malisse a souffert, victime d'un stress qui a provoqué chez lui des crises de tachycardie. Le match est interrompu par la pluie, puis par la nuit. Malisse ne saura pas en profiter : 7/6 6/4 1/6 2/6 6/2.

    

 

Résultats
L. Hewitt bat Henman 7/5 6/1 7/5
Nalbandian bat Malisse 7/6 6/4 1/6 2/6 6/2 


finale
arbitrée par Mike Morrissey

La finale la plus jeune de l'ère open entre Hewitt 21 ans, et Nalbandian 20 ans. Mais il n'y a pas de match, tant la différence de niveau entre les deux joueurs est importante. Nalbandian ne voit pas le jour dans cette finale. Les interruptions météo auraient pu changer le fil du match, mais l'Argentin a bien profité de la première averse sans confirmer suite à la seconde pluie.

    
 
 
Victoire et titre pour Lleyton Hewitt : 6/1 6/3 6/2. La physionomie du match fut des plus curieuses compte tenu de la surface : aucune montée au filet de tout le match ! L'ère du service-volée est-elle révolue ?

    

         
 
 

Résultats
L. Hewitt bat Nalbandian 6/1 6/3 6/2

 
Autres résultats
 
En double messieurs, Todd Woodbridge, déjà couronné à six reprises au All England Club avec Mark Woodforde aujourd'hui retraité, continue sa moisson de trophées, avec ce septième sacre, aux côtés du Suédois Jonas Björkman.




Comme à Roland, Serena Williams prend le meilleur sur sa soeur aînée Venus. L'écurie Williams remportera également le double-dames !