© 2017 Chron'open
US Open 2011
- du 30 août au 13 septembre 2011 -


 
tournée préparatoire
Atlanta Los Angeles Washington

Montréal Masters 1000

Cincinnati Masters 1000 Winston-Salem

Vainqueur des US Open Series : Mardy Fish
Absents :  Söderling (forfait de dernière minute)
Météo :  L'ouragan Irène a frappé la côte atlantique des Etats-Unis mais s'est assagi dès le premier jour du tournoi. En revanche, la deuxième semaine - notamment le mardi et le mercredi - fut grandement perturbée par un crachin tenace qui priva de tennis le public new-yorkais pendant quasiment deux journées entières.

Novak Djokovic ambitionne de réussir le petit chelem, et il en les moyens bien sûr. Federer et Nadal se cherchent encore au moment d'aborder cette dernière levée du Grand Chelem, car l'un comme l'autre n'ont guère rassuré pendant la tournée nord-américaine. Andy Murray semble au contraire revenir très fort après un début de saison mitigé. Les débats sont ouverts ...    




Têtes de série (TS)
1 Novak Djokovic 5 David Ferrer 9 Tomas Berdych 13 Richard Gasquet
2 Rafael Nadal 6 Robin Söderling 10 Nicolas Almagro 14 Stan. Wawrinka
3 Roger Federer 7 Gaël Monfils 11 Jo-Wilfried Tsonga 15 Viktor Troicki
4 Andy Murray 8 Mardy Fish 12 Gilles Simon 16 Mikhaïl Youzhny
17 Jürgen Melzer 21 Andy Roddick 25 Feliciano Lopez 29 Michaël Llodra
18 Juan Martin Del Potro 22 Alexandr Dolgopolov 26 Florian Mayer 30 Ivan Ljubicic
19 Fernando Verdasco 23 Radek Stepanek 27 Marin Cilic 31 Marcel Granollers
20 Janko Tipsarevic 24 Juan Ignacio Chela 28 John Isner 32 Ivan Dodig

 

 
Sur cette page est traitée l'intégralité du tournoi.
Vous pouvez aussi visualiser séparément la première semaine (trois premiers tours) et la deuxième semaine.
 
 
 
 

autres résultats



premier tour

Que ce fut laborieux pour Federer. Le quintuple lauréat de l'épreuve a commis 35 fautes directes, et aurait sans doute payé très cher ce niveau de jeu médiocre face à un des ténors du circuit. Heureusement que le Colombien Santiago Giraldo n'a pas - encore - leur carrure. Il est encore temps pour Roger de revoir sa copie : 6/4 6/3 6/2.



    
   


Jo-Wilfried Tsonga s'impose avec la manière face au modeste Coréen Yen-Hsun Lu : 6/4 6/4 6/4.






Ca passe pour Gaël Monfils, solide face à Grigor Dimitrov, dont le style de jeu et l'élégance sont comparés par les observateurs à ceux de Roger Federer, ni plus ni moins. Le Parisien, qui souffrait de douleurs aux genoux, a été en danger dans les deux premières manches, que le Bulgare avaient prises à son compte avant de voir La Monf' revenir : 7/6 6/3 6/4.






Tous les membres de ce qu'on appelle le "big four" français seront au deuxième tour, mais Gilles Simon est sans doute celui qui aua été le moins convaincant des quatre. Il n'était pas au mieux face au Brésilien Ricardo Mello, qui n'a rendu les armes que sur sa dernière mise en jeu, alors que le gaucher servait pour rester dans le match : 3/6 6/3 6/4 3/6 6/4.

    


Julien Benneteau revient fort en cette fin d'été 2011, puisqu'après sa finale à Winston Salem, il entame l'US Open avec un convaincant succès sur le n°10 mondial Nicolas Almagro : 6/2 6/4 6/3.

   




Nadal n'a guère été à la fête dans ce match d'ouverture face à Golubev. L'Espagnol a été mené au score et même assez nettement à diverses reprises : 5/2 puis 5/3 40/0 dans la deuxième manche, un set où Rafa écarta jusqu'à sept balles de set; puis Golubev mena 5/2 avec double break dans le troisième set. Voici vraiment pour l'Ukrainien ce qui s'appelle rater le coche.

    


deuxième tour

C'est un Richard Gasquet sans doute écoeuré qui quitte le tournoi, après avoir subi les missiles à répétition de Ivo Karlovic. Pourtant, le Biterrois a bien failli renverser les événements quand il parvient enfin à breaker le géant croate. Mais déjà mené deux manches à rien, c'était un poil trop tard : 6/4 6/2 2/6 7/6.

     




C'est fini également pour le n°1 français Gaël Monfils, qui a fait les frais de la résurrection du vétéran Ferrero : 7/6 5/7 6/7 6/4 6/4. Qui pensait que l'ancien numéro 1 mondial, âgé de 31 ans, pouvait ainsi faire vaciller la Monf' dans cet US Open ?

    

    


Gilles Simon a encore une fois sorti les tripes pour dompter son adversaire du jour, Guillermo Garcia-Lopez. Le Français a dû puiser dans des réserves déjà bien entamées au premier tour : 6/4 6/7 7/5 6/3. Voilà qui risque de compliquer sa tâche face à Del Potro ...

    


Dos au mur, Andy Murray a su réagir pour ne pas sombrer face à Robin Haase : 6/7 2/6 6/2 6/0 6/4. Le Néerlandais s'est blessé dans la troisième manche et l'Ecossais n'a pas fait de sentiment.

     


troisième tour

Un premier gros test pour le n°1 mondial. Mais Djoko a vite étouffé les entreprises du Russe Davydenko : 6/3 6/4 6/2.



    


Que d'abandons et forfaits décidément dans cet US Open. Voici une 17ème victime, et c'est encore un gros bras du circuit, Tomas Berdych. Le Tchèque s'est plaint d'une douleur à l'épaule, la même qui l'avait contraint à abandonner déjà à Cincinnati face à Djokovic. Voilà qui fait les affaires d'un autre Serbe, Tipsarevic, expédié en huitièmes de finale : 6/4 5/0 ab.

    




Ce n'était pas simple pour Federer. Le n°3 mondial a même concédé une manche face à Marin Cilic. Mais le test permettait de situer le Suisse dans son niveau de jeu. Encore quelques ratés, mais Roger a su tenir en respect le Croate et a très bien négocié les points les plus importants de cette rencontre : 6/3 4/6 6/4 6/2.






Jo Tsonga réalise un gros match pour se défaire de façon très convaincante de l'épouvantail Fernando Verdasco : 6/3 7/5 6/4.






Le bras de fer entre les deux Américains Isner et Bogomolov Jr a vu le favori s'imposer : 7/6 6/4 6/4. 






Patient, Gilles Simon est venu à bout de Juan Martin Del Potro : 4/6 7/6 6/2 7/6. Il prend ainsi sa revanche sur l'Argentin qui l'avait battu au même stade de la compétition à Wimbledon au début de cet été. Le natif de Tandil a souvent craqué le premier dans les longs rallyes. Il a commis 72 fautes directes dans ce match en quatre manches. Quant à Simon, en terrassant le lauréat 2009, il remporte sa plus belle victoire en Grand Chelem à ce jour.

    


Le Français Benneteau ne pèse pas lourd devant le canonnier du Nebraska : 6/1 6/4 7/6. Roddick se qualifie pour la deuxième semaine. 

    


Rafael Nadal affrontait un dur à cuire, qui lui a souvent posé des problèmes par le passé : David Nalbandian. Mais c'est un passé bien loin de ce qu'on a vu cette fois, car si l'Argentin a été courageux, il y avait uen vraie différence de niveau entre les deux hommes : 7/6 6/1 7/5.

    



Résultats :

Djokovic bat Davydenko 6/3 6/4 6/2
Dolgopolov bat Karlovic 6/7 6/2 6/4 6/4
Tipsarevic bat Berdych 6/4 5/0 ab.
Ferrero bat Granollers 6/1 4/3 ab.

Federer bat Cilic 6/3 4/6 6/4 6/2
Monaco bat Haas 6/7 6/3 6/2 6/3
Tsonga bat Verdasco 6/3 7/5 6/4
Fish bat K. Anderson 6/4 7/6 7/6

Isner bat Bogomolov 7/6 6/4 6/4
Simon bat Del Potro 4/6 7/6 6/2 7/6
Young bat Chela 7/5 6/4 6/3
Murray bat Lopez 6/1 6/4 6/2

Ferrer bat F. Mayer 6/1 6/2 7/6
Roddick bat Benneteau 6/1 6/4 7/6
Müller bat Kunitsyn 6/1 6/4 6/4
Nadal bat Nalbandian 7/6 6/4 7/5
  


huitièmes

Quel tie-break pour décider de celui qui remporterait la première manche entre Djokovic et le fantasque Dolgopolov. Le n°1 mondal finit par le conclure 16 points à 14. L'Ukrainien a laissé passer sa chance, car ensuite Nole déroule : 7/6 6/2 6/4.

    


Tipsarevic sera la surprise des quarts de finale, sa meilleure performance en Grand Chelem, puisqu'il s'offre Juan Carlos Ferrero : 7/5 6/7 7/5 6/2.

    


Roger Federer livre un récital face à Juan Monaco l'Argentin, qui a été réduit au rôle de sparring partner ! Le Suisse a pu opérer des réglages intéressants : il multiplie les demi-volées dans toutes les positions, peaufine son service, et on a bien vu qu'entre lui et son adversaire du jour, il y avait plusieurs classes d'écart : 6/1 6/2 6/0.

     

    


Jo Tsonga fait peur à tout le monde cette année, même aux meilleurs. Mardy Fish, le vainqueur des US Open Series, n'a pas été suffisamment fort pour achever la bête. Tsonga qui semblait pourtant à la dérive pendant deux sets, le deuxième et le troisième, s'est révolté et a dû aller chercher au forceps sa place en quarts de finale : 6/4 6/7 3/6 6/4 6/2.

    




Gilles Simon paraît désarmé face à John Isner, à l'instar de la mésaventure rencontrée quelques jours auparavant par Gasquet face à un autre gros serveur. L'Américain sert le plomb et surtout délivre des services gagnants dès qu'il est en danger. De quoi dégoûter le Français qui perd alors qu'il a breaké plus souvent son adversaire que l'inverse : 7/6 3/6 7/6 7/6.


    


Donald Young, ex-grand espoir du tennis américain, a signé un bel US Open. Il ne tombe qu'en huitièmes face à un Murray des grands jours : 6/2 6/3 6/3.

    


Andy Roddick affichait une forme en demi-teinte depuis plus d'un an et demi; mais là il semble retrouver des couleurs. En attestera David Ferrer, qui n'a pas pu mettre en place son jeu face au canonnier du Nebraska, qui se défend de mieux en mieux en fond de court : 6/3 6/4 3/6 6/3. A signaler que ce huitième de finale commencé sur le court Louis Armstrong (court central bis) a été déplacé sur un court annexe (le n°13) parce que la pluie qui venait de s'abattre quelques heures durant sur Manhattan, était restée stockée quelques millimètres sous le sol : quand les joueurs bondissaient sur le court éponge; leurs semelles se retrouvaient dans la flotte ! Pour ces deux joueurs, le match de leur quatrième tour s'est donc disputé sans la technologie du hawk-eye. Regrettable.







 
Résultats :

Djokovic bat Dolgopolov 7/6 6/4 6/2
Tipsarevic bat Ferrero 7/5 6/7 7/5 6/2

Federer bat Monaco 6/1 6/2 6/0
Tsonga bat Fish 6/4 6/7 3/6 6/4 6/2

Isner bat Simon 7/6 3/6 7/6 7/6
Murray bat Young 6/2 6/3 6/3

Roddick bat Ferrer 6/3 6/4 3/6 6/3
Nadal bat Müller 7/6 6/1 6/2


quarts

Novak Djokovic a été très sérieusement bousculé par son ami Janko Tipsarevic. L'intello du circuit, que les pronostiqueurs voyaient battu d'avance, sort un match exceptionnel pour surprendre Djoko. Mais une fois le premier set perdu au tie break, "Tipsa" résiste vaillamment encore une manche. Ses efforts sont même récompensés puisqu'il égalise à un set partout, mais il va ensuite progressivement lâcher prise, au point de jeter l'éponge dans la quatrième manche : 7/6 6/7 6/0 3/0 ab.

    




Jo Tsonga a le vent en poupe et au moment de l'affronter Federer s'en est méfié comme de la peste. Le Français ne l'a-t-il pas vaincu deux fois cet été, entre Londres et Montréal ! Mais un Federer averti en vaut deux, et le n°3 mondial reste très concentré pour imposer sa loi : 6/4 6/3 6/3.




Andy Murray se défait d'Isner malgré la perte du troisième set : 7/5 6/4 3/6 7/6. Pourtant, l'aventure d'un cinquième set semblait promise sur le Stadium Arthur Ashe quand Murray, sur une balle de break à 4 partout, a servi une seconde très longue, trop longue apparemment, mais l'arbitre l'a estimée bonne. Incidemment Isner a eu la maladresse de la renvoyer dans le court avant de demander le challenge. Le règlement est strict : si le joueur joue la balle, il ne peut plus demander l'arbitrage vidéo, selon un principe simple : on peut pas avoir deux chances de gagner le même point. Si le hawk-eye avait parlé, il y a fort à parier que le géant de Caroline du Nord aurait servi pour le set, redoutable épreuve pour ses adversaires, quels qu'ils soient.






Le tennis américain semble aller mieux : deux Amércains figuraient en quarts, du jamais vu depuis 1999. Et Roddick, qui revient bien, n'a guère tenu le coup face au tenant du titre, qui semble jouer de mieux en mieux depuis le début de la quinzaine : 6/2 6/1 6/3. Nadal rejoint donc les trois autres membres du "Big Four" dans le dernier carré.

    



Résultats :
 
Djokovic bat Tipsarevic 7/6 6/7 6/0 3/0 ab.
Federer bat Tsonga 6/4 6/3 6/3
Murray bat Isner 7/5 6/4 3/6 7/6
Nadal bat Roddick 6/2 6/1 6/3
 
retour en haut de page


demis 

Le scénario de la première demi-finale est des plus ahurissants, un peu à l'image de celle de l'année précédente. Roger Federer est passé tellement près de sa septème finale ici. Le Suisse domine nettement lors des deux premières manches, puis Djokovic se relance, en grande partie avec l'aide de Federer, qui connaît un gros trou, assez long pour permettre au Serbe de recoller à deux sets partout. Et au moment d'aborder la dernière manche, le public new-yorkais, tout acquis à la cause de l'ancien n°1 mondial, nourrit des inquiétudes tant le Serbe a semblé au dessus depuis plus d'une heure. En cherchant la diagonale des revers, l'actuel n°1 semble avoir trouvé la clé pour plier son adversaire. Mais surprise néanmoins dans cette dernière manche, la plus belle quant au niveau de jeu : Djoko craque le premier. Federer breake blanc pour mener 5/3. Il sert donc pour le match. Il va même mener 40/15 sur cette mise en jeu fatidique. Il enchaîne alors deux fautes directes et laisse le Serbe revenir. Federer ne marquera plus le moindre jeu ! 6/7 4/6 6/3 6/2 7/5. Jamais en Grand Chelem le Suisse n'avait laissé la victoire lui filer ainsi entre les doigts. Comme en 2010, Djokovic s'impose en sauvant deux balles de match, mais là c'est encore pire puisque c'est Roger qui servait. "Ma plus belle victoire cette année", confiera Novak à l'interview, ce qui n'est pas peu dire quand on voit la saison incroyable que le joueur serbe a réalisée.

     

        




On aura un remake de la finale 2010, puisque Rafa domine assez facilement Andy Murray, mais il lâche un set, le premier dans la quinzaine : 6/4 6/2 3/6 6/2.

    




Résultats :

Djokovic bat Federer 6/7 4/6 6/3 6/2 7/5
Nadal bat Murray 6/4 6/2 3/6 6/2 


finale
arbitrée par Carlos Ramos




Une même affiche en finale de l'US Open deux années de suite, ce n'était plus arrivé depuis 1988 (Lendl face à Wilander). L'enjeu est exactement le même que l'an dernier pour le n°1 mondial, mais le casting est inversé : c'est Djokovic le nouveau patron du tennis, et alors qu'en 2010 Nadal avait achevé le "petit chelem" à New York, c'est Djokovic qui va cette saison y tenter ce coup du chapeau.





Quel monument du tennis que cette finale, qui dépasse même en qualité de jeu la demi-finale de Roland Garros entre Federer et ce même Djokovic. Les deux hommes ont montré des choses exceptionnelles dans ce bras de fer d'anthologie. La résistance du Serbe aux coups de massue balancés par Djoko fut impressionnante, et Nadal était dans un grand jour ! Ce jour-là personne ne semblait pouvoir battre ce joueur, tant il semblait précis, vif et déterminé. Mais Djokovic a été encore plus fort. C'est lui qui a pris le jeu à son compte, comme le démontrent ses 31 montées au filet victorieuses pour 47 tentatives quand Nadal présente un ratio de 13 montées réussies sur 17 tentées. Martelant le revers de l'Espagnol, il a conduit ses points avec un tel panache que parfois Nadal lui-même souriait, le regard incrédule. Le n°1 mondial s'est ainsi adjugé au forceps les deux premiers sets.

     

L'avancée prise par Djokovic n'était que justice, mais Nadal parvint à se relancer : il prit les choses en main dès l'entame du troisième set, ce qui ressemblait à s'y méprendre à un tournant qui serait le dernier, d'autant que le Serbe demande l'intervention du kiné pour des douleurs lombaires. Et c'est donc avec un certain étonnement que les spectateurs virent le Serbe faire cavalier seul dans la quatrième manche, qui sera donc la dernière de ce combat épique de 4h09 : 6/2 6/4 6/7 6/1. Del Potro n'est plus tout seul à avoir dominé Federer et Nadal dans un même tournoi du Grand Chelem.

    



Si on veut comparer un match de tennis à un duel de titans, on pourra désormais s'en référer à cette finale 2011 de Flushing Meadows, qui restera dans les annales comme l'une des plus belles de ces dix dernières années, et sans doute la plus grande dans l'histoire de Flushing Meadows.

    
Nadal : "Evidemment, je suis déçu. Il a encore réussi des trucs incroyables, et sa saison est sans doute impossible à rééditer".



Résultats :

Djokovic bat Nadal 6/2 6/4 6/7 6/1

 
Autres résultats
 
 Tout le monde attendait Serena Williams, mais en finale l'Américaine a été terrassée par l'Australienne Samantha Stosur.




L'Autrichien Jürgen Melzer et l'Allemand Philipp Petzschner ont eu du nez en s'associant pour cet US Open. Ils vont au bout du tournoi.