© 2017 Chron'open
Roland Garros 2003
- du 26 mai au 8 juin 2003 -  


tournée préparatoire

Monte Carlo
Masters Series

Barcelone
International Series

Rome
Masters Series

Hambourg
Masters Series




Absents   Safin, Sampras, Canas, Haas, Nadal

Météo : Pas de pluie, et très forte chaleur, comme les prémices de la canicule qui frappera la France cet été 2003. 


Juan Carlos Ferrero espère bien laver l'affront de l'année passée, où il se fit surprendre par son vieux compatriote Albert Costa. Agassi, titré en Australie, Hewitt, Coria et Federer seront les prétendants les plus sérieux pour pouvoir stopper l'Espagnol.
 
 


Têtes de série (TS)
1 Roger Federer 5 Fernando Gonzalez 9 Tommy Robredo 13 Mikhaïl Youzhny
2 Rafael Nadal 6 Novak Djokovic 10 Tomas Berdych 14 Lleyton Hewitt
3 Andy Roddick 7 Ivan Ljubicic 11 Richard Gasquet 15 David Nalbandian
4 Nikolay Davydenko 8 James Blake 12 David Ferrer 16 Marcos Baghdatis

17 Juan Carlos Ferrero 21 Dmitry Tursunov 25 Robin Söderling 29 Filippo Volandri
18 Juan Ignacio Chela 22 Marat Safin 26 Agustin Calleri 30 Julien Benneteau
19 Guillermo Cañas 23 Carlos Moya 27 Jürgen Melzer 31 Florian Mayer
20 Jarkko Nieminen 24 Dominik Hrbaty 28 Philipp Kohlschreiber 32 Nicolas Almagro



 
 
 
 


premier tour

Jamais jusqu'ici un tenant du titre de Roland n'avait quitté le tournoi dès le premier tour. Et cela a bien failli se produire cette année, avec Albert Costa. Face à l'Argentin Sergio Roitman, Costa fut mené 2 sets à zéro et la troisième manche semble la dernière quand il doit sauver une balle de 5/1 sur son service ! Costa va se ressaisir et refaire son handicap face à un adversaire qui a terminé au bout de 3h38 paralysé par des crampes 6/7 2/6 7/5 6/2 6/2.

    

 

Encore une désillusion en Grand Chelem pour Roger Federer, très attendu cette année après un début de saison très convaincant, et notamment sur terre battue : titre à Munich et finale à Rome. La tête de série n°5 s'incline d'entrée face au modeste Péruvien Luis Horna, 88ème mondial : 7/6 6/2 7/6. On a senti chez le joueur suisse un mental encore bien fragile.

    

 

Pour Richard Gasquet aussi c'est terminé. Il abandonne à la suite de crampes au poignet face à Nicolas Lapentti : 6/3 7/6 3/0 ab.


 

Andy Roddick a encore beaucoup à apprendre de la terre battue ! Il s'incline d'entrée face à Sargis Sargsian : 6/7 6/1 6/2 6/4. A l'issue de ce match, il se sépare de son coach français Tarik Benhabilès.

    


 
C'était pour Michael Chang la tournée d'adieu à Roland-Garros, et elle ne durera qu'un petit tour. Le vainqueur de l'édition 1989 chute face à Fabrice Santoro : 7/5 6/1 6/1.

    


deuxième tour

Julien Varlet, issu des qualifications, opposé au Finlandais Jarkko Nieminen, devait gagner ce match, c'est certain. Mais au moment de conclure, alors que le tableau du score affiche en sa faveur 6/1 6/1 4/1, le Français est paralysé par "la peur de ne pas gagner". Une formidable occasion, sous la forme d'une balle de match, échappe à Julien à 5/3 dans cette troisième manche.Sa chance est passée. Le Scandinave revient à deux sets partout puis s'impose 1/6 1/6 7/6 6/2 6/4.


 

Match marathon encore pour Albert Costa face à Radek Stepanek : 6/3 5/7 6/4 3/6 6/4. Il totalise déjà 7h18 de jeu dans les jambes après les deux premiers tours.



 

Le qualifié Nicolas Coutelot, 208ème à l'ATP,  crée la surprise en se défaisant de David Nalbandian, n°8 mondial : 6/3 6/3 4/6 2/6 6/1. A quelques points de la fin du match,  le Français avait demandé à l'arbitre d'infliger un point de pénalité à son adversaire qui venait de casser sa troisième raquette. Le finaliste de Wimbledon 2002 n'a guère apprécié cet excès de zèle !
   
         


Le jour de ses 25 ans, Sébastien Grosjean perd contre l'Espagnol Fernando Vicente assez sèchement : 7/6 6/3 6/3.

   


Yevgeny Kafelnikov, un ancien vainqueur du tournoi, chute face au Brésilien Flavio Saretta : 6/4 3/6 6/0 6/7 6/4.




 
Ouf ! Agassi a bien failli y passer face au Croate Mario Ancic, qui a mené 7/5 6/1 2/0. L'Américain est resté patient pour grignoter son retard petit à petit : 5/7 1/6 6/4 6/2 7/5.

    
 

 
 

Résultats :

L. Hewitt bat Davydenko 6/3 4/6 6/3 7/6
Robredo bat Björkman 7/6 6/3 6/4
Gaudio bat Mutis 6/2 1/6 6/2 6/2
Kuerten bat Arazi 6/1 6/0 6/1

A. Costa bat Stepanek 6/3 5/7 6/4 3/6 6/4
N. Lapentti bat Squillari 4/6 6/1 6/4 6/3
Clément bat Burgsmüller 6/3 6/3 6/3
Coutelot bat Nalbandian 6/3 6/3 4/6 2/6 6/1

Ferrero bat Massu 6/2 3/0 ab.
Henman bat T. Martin 7/6 5/7 6/1 7/5
Mantilla bat Browne 6/3 4/6 6/3 6/1
Vicente bat Grosjean 7/6 6/3 6/3

Schalken bat Santoro 6/1 6/3 6/4
Gonzalez bat Portas 6/3 4/6 6/4 6/2
Nieminen bat Varlet 1/6 1/6 7/6 6/2 6/4
Hanescu bat Sargsian 6/3 7/5 3/6 6/2
Verkerk bat Horna 4/6 6/4 4/6 7/5 6/2
Spadea bat Van Lottum 7/5 6/1 2/6 6/1
Ferreira bat Ferrer 4/6 6/4 6/1 6/3
Schüttler bat Lisnard 4/6 6/2 6/0 6/0

Novak bat M. Lopez 6/4 3/6 0/6 6/1 6/3
Ljubicic bat Blake 6/3 4/6 7/6 6/4
Chela bat Galimberti 6/2 5/7 6/2 6/1
Moya bat Philippoussis 6/2 6/4 7/6

Coria bat Kiefer 6/3 5/7 6/3 6/1
Savolt bat Youzhny 3/6 6/4 5/7 6/2 6/4
El Aynaoui bat C. Rochus 6/4 6/4 6/3
Zabaleta bat Hrbaty 6/2 6/4 6/2

Blanco bat Puerta 6/2 6/2 6/4
Saretta bat Kafelnikov 6/4 3/6 6/0 6/7 6/4
Malisse bat Koubek 3/6 4/6 6/4 7/5 8/6
Agassi bat Ancic 5/7 1/6 6/4 6/2 7/5



troisième tour
 
Lleyton Hewitt est éliminé du tournoi par l'Espagnol Tommy Robredo. Le n°1 mondial avait mené deux manches à rien, puis 3/0 dans la dernière manche, mais ce furent ses derniers jeux : 4/6 1/6 6/3 6/2 6/3.

    
 
    

 
Costa a encore toutes les difficultés du monde à rester en vie dans ce tournoi. Déjà fatigué par ses deux premiers tours en cinq sets, il remet ça face à Nicolas Lapentti, contre qui il remonte encore deux sets : 4/6 4/6 6/3 6/4 6/4. Le Péruvien a manqué le coche dans la quatrième manche, alors qu'il avait breaké le premier pour mener 4/1. Dans le 7ème jeu de ce dernier set, Lapentti est en réussite totale : il tente quatre amorties qui seront toutes gagnantes.

    
 


 
Arnaud Clément, vainqueur de son compatriote Nicolas Coutelot 6/4 6/3 6/2, sera le seul rescapé français en deuxième semaine.



 
Carlos Moya démarre très bien puisqu'il empoche les deux premières manches. Mais Juan Ignacio Chela revient dans la partie, grâce à son coup droit dévastateur et Moya, dans le même temps; se plaint d'ampoules au pied gauche. Mais l'Espagnol aura le dernier mot : 6/2 6/3 3/6 2/6 6/3. 

    

 
Avec ce 50ème tournoi du Grand Chelem consécutif, Wayne Ferreira était sur la route d'un beau record, les 54 tournois de suite de Stefan Edberg. Mais ses chances de battre ce record est fortement compromis puisque Ferreira doit abandonner face à Rainer Schuettler : son grand écart était trop grand pour ses adducteurs ! 6/3 1/6 7/6 2/3 ab. 



 


Résultats :

Robredo bat L. Hewitt 4/6 1/6 6/3 6/2 6/3
Kuerten bat Gaudio 7/6 7/5 5/7 6/3
A. Costa bat N. Lapentti 4/6 4/6 6/3 6/4 6/4
Clément bat Coutelot 6/4 6/3 6/2

Ferrero bat Henman 4/6 6/2 6/4 6/2
Mantilla bat Vicente 7/6 6/3 6/3
Gonzalez bat Schalken 7/6 6/3 3/1 ab.
Nieminen bat Hanescu 6/7 6/4 6/2 3/6 6/3

Verkerk bat Spadea 5/7 6/4 6/2 7/5
Schüttler bat Ferreira 6/3 1/6 7/6 2/3 ab.
Novak bat Ljubicic 6/4 7/5 3/6 6/2
Moya bat Chela 6/2 6/3 3/6 2/6 6/3

Coria bat Savolt 6/4 6/1 6/1
Zabaleta bat El Aynaoui 6/2 6/4 3/6 7/6
Saretta bat Blanco 7/6 6/2 2/2 ab.
Agassi bat Malisse 6/4 7/5 7/5


huitièmes

Très nerveux, Kuerten perd son tennis face à Tommy Robredo, déjà tombeur de Hewitt au tour précédent. L'Espagnol s'impose 6/4 1/6 7/6 6/4. Il y aura donc quatre quarts-de-finalistes issus du contingent espagnol.
 
 

 
Fernando Gonzalez justifie sa réputation de joueur le plus puissant du circuit. Il ne laisse aucune chance à Nieminen : 6/3 6/3 6/2.




 
Guillermo Coria et Mariano Zabaleta se livrent le match le plus long de l'édition 2003 en 4h41 : 6/4 7/6 5/7 6/7 6/3.

    
 


Résultats :

Robredo bat Kuerten 6/4 1/6 7/6 6/4
A. Costa bat Clément 6/2 7/5 7/5
Ferrero bat Mantilla 6/2 6/1 6/1
Gonzalez bat Nieminen 6/3 6/3 6/2

Verkerk bat Schüttler 6/3 6/3 7/5
Moya bat Novak 7/5 6/3 6/2
Coria bat Zabaleta 6/4 7/6 5/7 6/7 6/3
Agassi bat Saretta 6/2 6/1 7/5 


quarts

Avec un parcours qui a duré sur le court déjà 15h04, on a toutes les raisons de penser que Costa est un peu fatigué avant d'affronter son compatriote Tommy Robredo. Surtout que cette fois, mené deux manches à rien, on ne voit pas où il irait chercher les ressources pour remonter un tel handicap. Eh bien Albert l'a fait : 2/6 3/6 6/4 7/5 6/2, en 3h28. Ce qui porte son total à 18h32 ! Un record dans ce domaine à Paris. Il est le premier par ailleurs à remporter quatre matchs en cinq sets (après Roitman, Stepanek et Lapentti). Escudé est le seul avant lui à avoir comblé un retard de deux manches à 3 reprises dans un même tournoi.




 
Juan Carlos Ferrero se fait une belle frayeur face au bulldozer des courts, Fernando Gonzalez : 6/1 3/6 6/1 5/7 6/4. Les deux hommes s'étaient déjà affrontés ici, lors de la finale du tournoi juniors en 1998, remportée par le Chilien.
 
 
"Bravo pour ta victoire. J'espère que tu vas gagner le tournoi parce que tu es un grand joueur, un chic type et je t'aime bien." lui glisse Gonzalez dans l'oreille au moment de le féliciter.

 
Martin Verkerk, le Néerlandais n'en revient toujours pas ! 46ème mondial, il entre dans le dernier carré après un match au couteau contre Carlos Moya 6/3 6/4 5/7 4/6 8/6. Au second tour, il avait sauvé deux balles de match contre le tombeur de Federer, Luis Horna. Son arme de prédiclection : un service de plomb, partant à 210 km/h sur les premières balles, et à 180 km/h sur les deuxièmes en moyenne (!!!), qui lui aura permis de balancer 124 aces tout au long de la quinzaine. Par ailleurs, sa couverture du terrain est d'excellente qualité.

    
 
    


Agassi tombe sur plus fort que lui : Guillermo Coria le domine 4/6 6/3 6/2 6/4. Depuis son titre en 1999, le n°2 mondial n'a plus dépassé le stade des quarts de finale. Et il commence maintenant , à 33 ans, à sentir le poids des années.

    
 




Résultats
A. Costa bat Robredo 2/6 3/6 6/4 7/5 6/2
Ferrero bat Gonzalez 6/1 3/6 6/1 5/7 6/4
Verkerk bat Moya 6/3 6/4 5/7 4/6 7/6
Coria bat Agassi 4/6 6/3 6/2 6/4
 
retour en haut de page


demis 
La revanche de la finale de l'année précédente a tourné à l'avantage de Ferrero. Albert Costa, vainqueur de quatre matchs en cinq sets, cette fois a craqué, et assez sèchement. Ferrero n'avait plus qu'à le cueillir : 6/3 7/6 6/4.

 
    


Il a associé son parcours 2003 à un gag, tant il a déjoué tous les pronostics. Mais Verkerk n'a pas fait rire Guillermo Coria, et dès sa première participation , le voici en finale de Roland-Garros. Exploit qu'avait réalisés avant lui Wilander et Pernfors. Verkerk a bataillé pour venir à bout d'un favori, Guillermo Coria : 7/6 6/4 7/6. A la fin du premier set, un incident a failli coûter la disqualification de l'Argentin : pendant un échange, Coria a lâché sa raquette violemment dans l'espoir de reprendre une balle hors de portée. Mais le projectile est venupercuter une ramasseuse de balle. C'est parce que la jeune fille n'a pas été blessée que l'Argentin a obtenu la grâce du juge-arbitre..

    
 



Résultats
Ferrero bat A. Costa 6/3 7/6 6/4
Verkerk bat Coria 7/6 6/4 7/6
 


finale
arbitrée par Pascal Maria


Verkerk ne fait pas le poids, paralysé par l'événement, lui que personne n'attendait sur cette finale. Ferrero ne lui fait aucun cadeau et cette finale est sans suspense : 6/1 6/3 6/2 pour l'Espagnol après 2h08 de match. Six jeux pour le vaincu : c'est la défaite la plus lourde en finale de Roland depuis Vilas en 1978 face à Borg.

    

Vous avez remarqué le fan club de Ferrero ?

Pour la photo, on vous l'a réuni. La petite amis de Juan Carlos est la quatrième à partir de la gauche.

Ferrero dédiera sa victoire à sa maman, disparue il y a plusieurs années. 

 


Résultats
Ferrero bat Verkerk 6/1 6/3 6/2


 
Autres résultats
 
Prix citron : Andy Roddick
Prix orange : Amélie Mauresmo
Prix bourgeon : Rafael Nadal
 
 
 
Chez les demoiselles, Justine Henin-Hardenne la Belge bat en finale sa compatriote Kim Clijsters. C'est son premier titre majeur.




Le Suisse Stanislas Wawrinka remporte le tournoi des juniors.




Dans le double messieurs, les frères jumeaux Bryan enlèvent leur premier titre du Grand Chelem.


Bob le droitier (à gauche) et Mike le gaucher.