© 2017 Chron'open
Roland Garros 2002
- du 27 mai au 9 juin 2002 -  


tournée préparatoire

Monte Carlo
Masters Series

Barcelone
International Series

Rome
Masters Series

Hambourg
Masters Series




Absent : Krajicek

Météo : De la pluie et beaucoup d'humidité. 


Juan Carlos Ferrero apparaît comme le mieux armé pour succéder à Kuerten, qui affiche une forme plutôt mitigée depuis de longs mois. Le Brésilien n'a certes plus perdu à Paris depuis 1999, mais difficile de l'imaginer réussir la passe de trois. On surveillera aussi Tommy Haas et Roger Federer, les deux jeunes loups présentés comme la relève, et qui pourraient dès cette année frapper un grand coup. Mais les anciens, Agassi et Kafelnikov notamment, font encore de la résistance.
 
 
 


Têtes de série (TS)
1 Lleyton Hewitt 5 Yevgeny Kafelnikov 9 Thomas Johansson 13 Andy Roddick
2 Marat Safin 6 Tim Henman 10 Sébastien Grosjean 14 Jiri Novak
3 Tommy Haas 7 Gustavo Kuerten 11 Juan Carlos Ferrero 15 Guillermo Cañas
4 Andre Agassi 8 Roger Federer 12 Pete Sampras 16 Younès El Aynaoui

17 Carlos Moya 21 Juan Ignacio Chela 25 Tommy Robredo 29 David Nalbandian
18 Alex Corretja 22 Andreï Pavel 26 Max Mirnyi 30 Sjeng Schalken
19 Thomas Enqvist 23 Fabrice Santoro 27 Nicolas Escudé 31 Gaston Gaudio
20 Albert Costa 24 Rainer Schüttler 28 Nicolas Lapentti 32 Ivan Ljubicic



 
 
 
 

premier tour

Sampras et Roland-Garros, c'est décidément une histoire maudite. La conquête de la Coupe des Mousquetaires aura encore été vaine pour l'Américain, malgré des mois de préparation et des heures de travail avec son nouveau coach, José Higueras, avec qui il avait fondé beaucoup d'espoir cette année. Sur cette terre humide et alourdie par la météo maussade, sa tâche s'avérait très compliquée, lui qui affectionne les surfaces rapides. Dans une rencontre par deux fois interrompue par la pluie, l'Italien Andrea Gaudenzi l'exécute en quatre manches : 3/6 6/4 6/2 7/6. A 30 ans, Pete y croit-il encore ?

     
 
    


Sébastien De Chaunac, 173ème mondial,  revient de deux manches à rien pour s'imposer face à un Michael Chang qui n'a plus sa vivacité d'antan : 4/6 4/6 6/4 6/2 6/4. C'est la première victoire du Français sur le circuit principal !

    


Un autre joueur fait son apparition dans le grand tableau : le prometteur Richard Gasquet, 15 ans et 11 mois. Il est battu de justesse par Albert Costa : On le reverra dans le tournoi juniors ...

 
 



Roger Federer, présenté comme un possible vainqueur du tournoi après sa victoire à Hambourg, déçoit ses supporters en chutant dès le premier tour face à Hicham Arazi : 6/3 6/2 6/4. Il n'a été que l'ombre de lui-même, dans ce match retardé par la pluie.

 
    


deuxième tour

Roddick l'Américain n'a pas su concrétiser une des quatre balles qu'il a obtenues pour mener deux sets à zéro face au gaucher australien Wayne Arthurs, qui remporte le match 4/6 7/6 4/6 7/5 6/3.

    
 
    


Opposé à l'Italien Davide Sanguinetti, Kuerten a procuré des émotions fortes au public dont il est le chouchou encore cette année. Mené 2 sets à 1, il doit sauver trois balles de double-break, ... et les sauve ! La nervosité de son adversaire le remettra dans le bain et le Brésilien se qualifie pour le tour suivant : 6/7 6/2 4/6 6/4 6/3. Kuerten remercie "son" public avec un tour d'honneur en frappant dans les mains de centaines de spectateurs du premier rang.
 




Tim Henman va perdre son flegme légendaire et piquer une grosse colère à la sortie du court. Défait par le Belge Xavier Malisse au terme d'un match de très haut niveau, l'Anglais avait laissé passer sa chance quand il a commis une faute grossière en coup droit alors qu'il avait sur ce point l'occasion de prendre le large dans le troisième set (balle de 5/2 sur le service de Malisse) : 6/2 3/6 7/6 6/3.




Marat Safin et Olivier Rochus se livrent un magnifique duel eux aussi.  Le premier set mérite d'être revu en DVD ! Le revers du Belge y fait des étincelles. Mais c'est le Russe qui gagne à la fin : 4/6 6/2 3/6 6/3 6/3.
 
    



Quand les journalistes s'en mêlent ! Nicolas Coutelot, dans sa chambre d'hôtel, reçoit l'information par une équipe de presse que son adversaire, Juan Carlos Ferrero, avait déclaré forfait. Mal en point, l'Espagnol n'avait pourtant rien avancé de tel. Le joueur français se frottait déjà les mains à l'idée d'éviter l'écueil Ferrero et de préparer son match des seizièmes. Mais le champion s'aligne bien au départ du deuxième tour. Le match va durer cinq manches, avec victoire de Ferrero, qui court comme un lapin ! Furieux, Coutelot, en conférence de presse, montre du doigt les médias qui affirment sans savoir : "C'est de l'information mensongère. C'est comme si on disait que Ben Laden était mort alors qu'il ne l'est pas !"

    



De son côté, Grosjean s'en sort bien avec ce beau succès sur James Blake : 6/4 3/6 6/2 7/5.

    
 
 
 

Résultats :

L. Hewitt bat Stoliarov 4/6 7/6 6/0 7/5
Schalken bat De Chaunac 6/0 6/2 7/6
Moya bat Philippoussis 6/2 7/6 7/6
Cañas bat Calatrava 3/6 6/1 6/2 6/0

Gaudenzi bat Brasington 6/3 7/6 6/1
A. Costa bat Davydenko 7/5 7/6 6/2
F. Gonzalez bat Meligeni 6/2 3/6 6/1 6/2
Kuerten bat Sanguinetti 6/7 6/2 4/6 6/4 6/3

Haas bat Lopez 6/3 6/4 6/4
Nieminen bat Hadad  6/7 6/4 6/4 7/5
Pavel bat Kratochvil 6/3 6/1 6/3
Montanes bat El Aynaoui 7/5 7/6 6/4

Clément bat T. Johansson 7/6 6/1 6/3
Corretja bat T. Martin 6/2 6/3 7/5
Vicente bat A. Martin 6/4 6/3 6/3
Zabaleta bat Kafelnikov 7/6 2/6 6/4 7/6
Arazi bat Puerta 6/2 6/1 6/2
Gaudio bat Labadze 6/1 6/2 6/7 6/4
Coria bat Schüttler 6/4 6/2 6/3
Ferrero bat Coutelot 6/2 5/7 1/6 6/2 6/0

Novak bat Knippschild 6/1 6/2 7/5
Mathieu bat Santoro 7/5 6/1 1/6 6/4
Robredo bat Ogorodov 6/3 4/6 6/1 6/2
Agassi bat D. Sanchez 4/6 6/2 6/1 ab.

Malisse bat Henman 6/2 3/6 7/6 6/3
Portas bat Marmiit 3/6 6/3 6/4 6/4
Spadea bat Voinea 6/4 4/6 2/6 7/6 8/6
Grosjean bat Blake 6/4 3/6 6/2 7/5

Di Pasquale bat Arthurs 7/6 6/3 6/2
Srichaphan bat Enqvist 6/4 1/6 7/5 6/3
Nalbandian bat Saretta 6/3 6/4 6/0
Safin bat O. Rochus 4/6 6/2 3/6 6/3 6/3



troisième tour
 
Le match entre Cañas et Moya a été interrompu par une alerte à la bombe, ce qui conduisit les organisateurs à faire évacuer le court n°1. Mais quand le match reprend, mené deux sets à 1, Guillermo Cañas se met à faire courir Carlos Moya, le lauréat 1998, qui visite les quatre coins du court. L'Espagnol finit le match lessivé, alors que l'Argentin semble rentrer de vacances ! Le match sera le plus long du tournoi : 4h28. Cañas, même pas mal.

    


Arnaud Clément avait tout pour gagner son match contre Alex Corretja. Le Français a laissé passer quatre balles de match à 5/4 dans la manche décisive, dont la troisième, immanquable ! Arnaud avait match gagné, il lui suffisait de poser sa volée croisée, mais il l'avouera lui-même, il a eu trop de temps pour la jouer, il a trop réfléchi et il a joué le contre-pied, remettant la balle sur Corretja, qui lui administra un lob avant de finalement remporter ce point ... puis quelques jeux plus tard le match : 6/1 6/2 4/6 5/7 8/6. Corretja n'en revient pas d'être passé cette fois-ci. Il embrasse la terre battue de Roland-Garros et s'en met plein la bouche !

 


Ca rigole en revanche pour un autre Français, Paul-Henri Mathieu, qui enfile les "perfs" comme des perles cette année. Après Wayne Ferreira et Fabrice Santoro, il s'offre le scalp de Jiri Novak : 6/4 6/4 6/3.
 
    
 


Résultats :

L. Hewitt bat Schalken 6/1 7/5 6/7 6/1
Cañas bat Moya 4/6 7/6 6/7 6/1 6/2
A. Costa bat Gaudenzi 7/6 6/1 7/5
Kuerten bat F. Gonzalez 6/3 2/6 7/6 6/4

Haas bat Nieminen 6/3 7/5 2/6 6/4
Pavel bat Montanes 6/1 1/6 6/4 6/3
Corretja bat Clément 6/1 6/2 4/6 5/7 8/6
Zabaleta bat Vicente 4/6 6/3 6/4 6/3

Gaudio bat Arazi 6/2 4/6 6/4 3/1 ab.
Ferrero bat Coria 6/2 6/3 6/3
Mathieu bat Novak 6/4 6/4 6/3
Agassi bat Robredo 6/2 6/4 6/2

Malisse bat Portas 6/2 6/3 7/6
Grosjean bat Spadea 6/2 7/6 6/7 6/4
DI Spadea bat Srichaphan 6/4 6/3 6/3
Safin bat Nalbandian 6/3 6/3 3/6 6/4


huitièmes

Hewitt doit affronter le bulldozer des courts, Guillermo Cañas. Et les choses commencent plutôt bien pour l'Australien qui empoche le premier set au tie-break. Puis il manque pas moins de cinq opportunités de remporter la second manche, qui se décidera elle aussi au tie-break. C'est l'Argentin qui l'empoche. Hewitt concèdera les deux sets suivants. Cañas semble encore très frais après 4h14 d'un combat acharné : 6/7 7/6 6/4 6/3.

    
 


Kuerten, le double tenant du titre, s'incline face à un Albert Costa au sommet de son art : 6/4 7/5 6/4.

    
 
    

 

Encore un Argentin qui se dresse sur la route de Ferrero, Gaston Gaudio, titré récemment à Barcelone puis à Majorque. L'Espagnol a le dernier mot.




Paul-Henri Mathieu passe tout près d'un immense exploit pour son premier match sur le Central. Il mène devant Agassi, lui, l'invité des organisateurs, 107ème joueur mondial, sur le score de 6/4 6/3 2/0. Il a ensuite deux occasions pour mener 4/1 dans la manche décisive. Et puis le trou ! 4/6 3/6 6/3 6/3 6/3.

 
    


Superbe victoire de Sébastien Grosjean sur le Belge Xavier Malisse : 6/2 7/5 6/3.




Marat Safin a failli perdre face à Arnaud Di Pasquale, car le Français a démarré le match sur les chapeaux de roue, et puis le Russe a haussé son niveau de jeu pour faire la différence : 3/6 6/4 6/3 6/2.

 
    

 

Résultats :

Cañas bat L. Hewitt 6/7 7/6 6/4 6/3
A. Costa bat Kuerten 6/4 7/5 6/4
Pavel bat Haas 6/1 7/6 6/4
Corretja bat Zabaleta 6/3 6/2 7/5

Ferrero bat Gaudio 6/7 6/1 6/7 6/2 6/4
Agassi bat Mathieu 4/6 3/6 6/3 6/3 6/3
Grosjean bat Malisse 6/2 7/5 6/3
Safin bat Di Pasquale 3/6 6/4 6/3 6/2  


quarts

L'Argentin Guillermo Cañas procure des sueurs froides à Albert Costa. Il mène 2 sets à 1 et 4 jeux à 2. Et puis la panne sèche. L'Espagnol aligne les dix jeux suivants et continue sa route : 7/5 3/6 6/7 6/4 6/0.

    


Andre Agassi ne pourra rien contre Ferrero, qui s'impose en quatre manches : 6/3 5/7 7/5 6/3, dans un match joué sur deux jours à cause de la pluie.

    

 


Alex Corretja mène 2 sets à zéro, et le Roumain Andreï Pavel mène 5 jeux à 4 dans la troisième manche quand la nuit interrompt la partie. Puis Pavel reçoit le lendemain matin un appel lui indiquant que sa femme est sur le point d'accoucher ! Le Roumain prend la route vers l'Allemagne, à 10 heures de distance en voiture, où l'attend son épouse et son fils Marius, qu'il découvrira trente minutes après sa venue au monde. Pavel revient ensuite à Paris, à 5 heures du matin le lendemain, à temps pour disputer la fin de son quart de finale, reporté d'une journée à cause du mauvais temps. Mais bien entendu, pas dans les meilleurs dispositions physiques, le Roumain joue 11 minutes, le temps de disputer les trois jeux suivants et de les perdre : 7/6 7/5 7/5. Corretja embrasse la terre battue, mais en prenant la précaution cette fois-ci de glisser une serviette entre ses lèvres et la poussière ocre.

 
    


Sébastien Grosjean, gêné par une douleur à la cuisse droite, dans un stade quasiment vide - il est vrai que l'affiche est concurrencée par le match de Coupe du Monde de football France-Uruguay - est battu à la régulière par Marat Safin : 6/3 6/2 6/2.





Résultats
A. Costa bat Cañas 7/5 3/6 6/7 6/4 6/0
Corretja bat Pavel 7/6 7/5 7/5
Ferrero bat Agassi 6/3 5/7 7/5 6/3
Safin bat Grosjean 6/3 6/2 6/2 
retour en haut de page


demis
 
Duel fratricide - c'est peu de le dire - entre Costa et Corretja. Celui-ci sera d'ailleurs le témoin au mariage de celui-là une semaine après la finale de Roland-Garros. Costa s'impose 6/3 6/4 3/6 6/3.

    

 

Dans l'autre demi-finale, Marat Safin, dernier bastion du reste du monde face à l'armada espagnole, s'incline devant Ferrero. Le Russe est aux abonnés absents, inexistant, ce qui facilite beaucoup la victoire du Mosquito : 6/2 6/3 6/4.

     


 
Résultats
A. Costa bat Corretja 6/3 6/4 3/6 6/3
Ferrero bat Safin 6/3 6/2 6/4
  


finale
arbitrée par Pascal Maria


Ferrero présenté comme grandissime favori face à son compatriote, a-t-il été tétanisé par l'événement ? Toujours est-il qu'il passe complètement à côté de sa finale. Alors que Costa joue libéré, avec une réussite qu'on ne lui avait jamais connue. De façon invraisemblable à ce niveau, El Mosquito encaisse 11 jeux d'affilée et se retrouve mené deux manches à rien après seulement 49 minutes. Certes, il s'octroie le troisième set, et obtient même deux balles de 2/0 dans la manche suivante. Mais Costa réagit très vite et s'envole vers un improbable triomphe ici à la Porte d'Auteuil, sur une dernière double faute de Ferrero : 6/1 6/0 4/6 6/3.

    
 
    
 



Résultats
A. Costa bat Ferrero 6/1 6/0 4/6 6/3

 
Autres résultats
 
Prix citron : Lleyton Hewitt
Prix orange : Gustavo Kuerten
Prix bourgeon : Richard Gasquet
 
 
Chez les femmes, la finale se joue entre les deux soeurs Williams. La cadette Serena s'impose dans un match sans grand relief.




A moins de 16 ans, Richard Gasquet s'illustre en remportant le tournoi junior. Dans le grand tableau, il avait, rappelons-le, trébuché au premier tour devant ... Albert Costa.

    


Beau cadeau de mariage que ce sacre à Roland pour Albert Costa ! Et Ferrero, son copain, ne garde aucune rancune de sa défaite en finale.