© 2016 Chron'open
Open d'Australie 2003
- du 13 au 26 janvier 2003 -


 
tournée préparatoire
Adélaïde Chennai Doha Auckland Sydney




Absents : Henman, Haas, Sampras, T. Johansson, Mathieu, Clément, M. Norman, Rios, Rusedski, T. Martin

Il manque plusieurs joueurs du top 30, mais Agassi, absent l'an passé, est revenu, lui qui reste sur deux titres consécutifs gagnés en 2000 et 2001. Chez lui, Lleyton Hewitt aura à coeur de s'imposer, ce qu'aucun Australien n'a plus réussi depuis 1976.
 

 

 
 
Têtes de série (TS)
1 Lleyton Hewitt 5 Carlos Moya 9 Andy Roddick 13 F Gonzalez
2 Andre Agassi 6 Roger Federer 10 Goran Ivanisevic 14 Guillermo Cañas
3 Marat Safin 7 Jiri Novak 11 Tommy Haas 15 Alex Corretja
4 J Carlos Ferrero 8 Albert Costa 12 Séb Grosjean 16 Sjeng Schalken

17 Gaston Gaudio 21 Andreï Pavel 25 Mikhaïl Youzhny 29 Nicolas Escudé
18 Younes El Aynaoui 22 Y Kafelnikov 26 Tommy Robredo 30 Gustavo Kuerten
19 J Ignacio Chela 23 James Blake 27 J-Michael Gambill 31 Rainer Schüttler
20 Xavier Malisse 24 Nicolas Lapentti 28 Fabrice Santoro 32 Stefan Koubek

 

 
premier tour        deuxième tour        troisième tour
 
 

premier tour

Richard Gasquet, le teenager de 16 ans, n'a pas été gâté par le tirage au sort en écopant du Russe Mikhaïl Youzhny. Après un bon début de match, le Français est rattrapé par la fatigue et laisse son adversaire dérouler : 3/6 6/0 6/1 6/4.
 


deuxième tour
 
A coups d'aces et de services gagnants, Mark Philippoussis parvient sur la durée à venir à bout du Thaïlandais Paradorn Srichaphan, jugé en grande forme par les observateurs : 3/6 6/1 1/6 7/5 6/3.



 

Gustavo Kuerten a dû se mesurer à Radek Stepanek, qui confirme qu'il est la bête noire du Brésilien. Le Tchèque s'impose 5/7 6/3 7/5 4/6 6/3.

    
 
 
 
Résultats :
 

L. Hewitt bat Larkham 6/1 6/0 6/1
Stepanek bat Kuerten 5/7 6/3 7/5 4/6 6/3
El Aynaoui bat Kutsenko 6/2 6/1 6/4
Lopez bat Ginepri 6/2 6/4 6/2

Roddick bat Voinea 6/2 6/2 6/2
Vicente bat Chela 6/3 6/3 2/6 6/3
Youzhny bat Sirianni 6/2 6/3 6/3
Novak bat O. Rochus 7/6 7/6 4/6 4/6 6/3

Safin bat Montanes 6/3 4/6 6/4 6/1
Schüttler bat Krajicek 6/3 7/5 6/4
Blake bat Acasuso 6/1 6/4 6/4
A. Martin bat Gonzalez 6/7 6/3 6/1 7/6

Nalbandian bat Crabb 6/1 7/6 6/3
Malisse bat Dupuis 6/3 5/7 7/6 7/5
Vinciguerra bat Knowle 6/2 0/1 ab.
Federer bat Burgsmüller 6/3 6/0 6/3

Fish bat Moya 3/6 7/6 6/4 4/6 6/2
Ferreira bat Kratochvil 6/2 6/2 7/5
Sargsian bat Gaudio 2/6 7/5 6/2 6/2
Philippoussis bat Srichaphan 3/6 6/1 1/6 7/5 6/3

Ancic bat Schalken 6/3 1/6 6/7 6/4 6/4
Luczak bat Furlan 7/6 4/6 6/0 6/2
Santoro bat Arthurs 6/3 6/1 ab.
Ferrero bat Lisnard 6/0 6/4 6/2

A. Costa bat Draper 6/4 6/7 6/2 6/3
Mantilla bat Gambill 5/7 6/4 4/6 6/3 6/2
N. Lapentti bat D. Sanchez 6/1 6/0 2/6 6/2
Grosjean bat Kucera 7/6 2/6 6/3 7/6

Coria bat Cañas 6/2 4/6 6/4 6/4
Nieminen bat Kafelnikov 6/3 6/3 3/6 4/6 6/1
Escudé bat C. Rochus 1/6 6/2 6/2 6/4
Agassi bat Lee 6/1 6/0 6/0


troisième tour

Juan Carlos Ferrero affronte Fabrice Santoro, et les affaires se compliquent pour le n°4 mondial qui se retrouve vite mené deux sets à un, alors que le Français pratique le service-volée comme jamais. Dans ce match en cinq sets, il est monté 160 fois au filet ! Mais ce jeu agressif et volontaire n'a pas été récompensé, car c'est bien l'Espagnol qui a le dernier mot : 4/6 6/3 4/6 6/2 7/5.

         

 

Nicolas Escudé occasionne des sueurs froides à Andre Agassi. Mais l'Américain a le dernier mot, en écartant la somme de 12 balles de break dans l'unique troisième set, si déterminant pour la suite des événements dans ce match : 6/2 3/6 6/3 6/4.

    


Wayne Ferreira s'en sort d'extrême justesse face à l'Américain Mardy Fish, qui a mené 4/1 dans la quatrième manche après avoir empoché les deux premières. La balle de 5/1 qu'il parvient à sauver sonne le réveil du Sud-Africain qui aligne les 11 jeux suivants, et empoche donc la victoire : 2/6 3/6 6/1 6/4 6/0.



 
Safin, blessé au poignet, ne défendra pas ses chances plus longtemps. Il déclare forfait, ce qui propulse Rainer Schüttler en huitièmes.





Résultats :

L. Hewitt bat Stepanek 6/3 6/2 6/0
El Aynaoui bat F. Lopez 5/7 6/2 7/6 7/6
Roddick bat Vicente 6/2 6/3 6/2
Youzhny bat Novak 6/1 3/6 6/3 6/2

Schüttler bat Safin par forfait
Blake bat A. Martin 6/3 4/6 6/2 6/2
Nalbandian bat Malisse 4/6 6/2 6/0 3/0 ab.
Federer bat Vinciguerra 6/3 6/4 6/2

Ferreira bat Fish 2/6 3/6 6/1 6/4 6/0
Sargsian bat Philippoussis 5/7 7/5 6/0 6/4
Ancic bat Luczak 2/6 7/6 6/4 6/2
Ferrero bat Santoro 4/6 6/3 4/6 6/2 7/5

Mantilla bat A. Costa 3/6 6/3 4/6 6/1 6/3
Grosjean pat N. Lapentti 6/1 6/3 6/3
Coria bat Nieminen 7/5 6/2 6/2
Agassi bat Escudé 6/2 3/6 6/3 6/4  


huitièmes

Grosse surprise avec l'élimination d'un des favoris, le n°1 mondial, Lleyton Hewitt, terrassé "à la maison" par le Marocain Younès El Aynaoui : 6/7 7/6 7/6 6/4.

    
 

 

Opposé à Roger Federer, David Nalbandian prend le dessus au bout de cinq sets où rarement les deux hommes jouèrent en même temps à leur meilleur niveau : 6/4 3/6 6/1 1/6 6/3. Le Suisse, au talent incontestable, a souvent perdu sa concentration, ce dont l'Argentin a profité. Du beau gâchis pour Roger.

    


 
Revenu de deux manches à rien pour s'imposer face à Felix Mantilla 3/6 2/6 6/3 6/3 6/3, Grosjean est le dernier rescapé dans le clan français. C'est la deuxième fois de sa carrière - la précédente était en coupe Davis en 2001 - que Sébastien retourne ainsi ce genre de situation.

    


Même scénario, à peu de choses près, pour Andy Roddick l'Américain. Il revient lui aussi de l'enfer pour triompher de Mikhaïl Youzhny, encore inconstant mentalement dans les grands rendez-vous : 4/6 3/6 7/5 6/3 6/2.

    


 
Rainer Schüttler continue son aventure australienne. L'Allemand dispose de James Blake en quatre manches : 6/3 6/4 1/6 6/3.

    



Résultats :

El Aynaoui bat L. Hewitt 6/7 7/6 7/6 6/4
Roddick bat Youzhny 6/7 3/6 7/5 6/3 6/2
Schüttler bat Blake 6/3 6/4 1/6 6/3
Nalbandian bat Federer 6/4 3/6 6/1 1/6 6/3

Ferreira bat Sargsian 63 6/4 3/6 6/3
Ferrero bat Ancic 6/0 6/3 6/2
Grosjean bat Mantilla 3/6 2/6 6/3 6/3 6/3
Agassi bat Coria 6/1 3/1 ab.   


quarts

Agassi donne une leçon de passings en revers à un Sébastien Grosjean en panne de première balle : 6/3 6/2 6/2.

    
 


 
Ferrero est vaincu par un joueur qui porte presque le même nom que lui, Ferreira. La victoire du joueur sud-africain constitue une petite surprise : 7/6 7/6 6/1. Onze après, le revoici en demi-finale.



 
Rainer Schüttler se montre étonnant d'efficacité face à David Nalbandian, qu'il crucifie après avoir que l'Argentin ait recollé à une manche partout : 6/3 5/7 6/1 6/0.

    
 

 
Mais l'événement de ces quarts de finale, c'est le match marathon entre Younès El Aynaoui et Andy Roddick. Le Marocain s'est procuré une balle de match dans la dernière manche à 5/4 sur le service de Roddick. Celui-ci en grand danger envoie une première balle fulgurante flashée à 213 km/h ! Pourtant, Younès retourne le projectile et non seulement il le retourne mais il négocie très bien le coup en la jouant long et d'une manière qui a de quoi déstabiliser son adversaire. Roddick va alors décocher un coup droit décroisé avec une prise de risque maximale, avec bonheur. Son audace est recompensée. "Compte tenu des circonstances, oui, je crois que ce coup droit est le meilleur coup que j'ai jamais frappé pour sauver une balle de match". Le match peut continuer, et il va durer longtemps ! Le seul cinquième set a duré 2h23 et quarante jeux ! C'est un double record - à la fois en temps et en nombre de jeux - pour une dernière manche en Grand Chelem. Roddick a servi une première fois pour le match à 11/10 mais le Marocain a recollé au score. Un événement qui aurait pu paraître anodin a peut-etre changé la donne : à 19 partout, Roddick et El Aynaoui s'accordent pour laisser leur raquette à deux ramasseurs de balle qui assurent ainsi l'intérim quelques minutes ! Mais cette interruption improvisée a coupé les jambes du plus âgé des deux joueurs, Younès, qui va concéder sa mise en jeu dans la foulée. Le match s'est terminé au bout de cinq heures, une des plus belles rencontres de l'histoire du tournoi, avec un festival de 209 coups gagnants : 4/6 7/6 4/6 6/4 21/19.
 
   

Sur balle de match contre lui, Roddick exécute un coup droit des plus périlleux.

Dans ce dernier set qui ne veut pas finir,
Roddick cède sa raquette à un ramasseur de balles.

    
 



Résultats
Roddick bat El Aynaoui 4/6 7/6 4/6 6/4 21/19
Schüttler bat Nalbandian 6/3 5/7 6/1 6/0
Ferreira bat Ferrero 7/6 7/6 6/1
Agassi bat Grosjean 6/3 6/2 6/2     
retour en haut de page


demis 

Roddick, fatigué par son match fou de l'avant-veille, souffre aujourd'hui d'une inflammation à un tendon du poignet droit. Il est logiquement dominé par le joueur allemand Rainer Schüttler : 7/5 2/6 6/3 6/3.

 
    


L'autre demi-finale est encore plus rapidement bouclée. Andre Agassi ne laisse aucune chance à un autre trentenaire, Wayne Ferreira, vaincu 6/2 6/2 6/3.

    

 
Résultats
Schüttler bat Roddick 7/5 2/6 6/3 6/3
Agassi bat Ferreira 6/2 6/2 6/3      


finale
arbitrée par Mike Morrissey


Agassi, grand favori de cette finale, se montre expéditif : 6/2 6/2 6/1. Jamais finale n'a été aussi rapidement bouclée depuis 1926.

    

Agassi révèle un élément crucial de sa stratégie : "Mon jeu consiste à contrôler les points, à contrôler le rythme de la rencontre et à forcer l'adversaire à dépenser de l'énergie. Si j'y parviens, neuf fois sur dix, je gagne le premier set. Et là, ça devient forcément dur pour l'adversaire dans une telle chaleur."

    

En remportant cette finale, Agassi établit un autre record, celui du nombre de victoires consécutives dans le tournoi : 21.

 
  

Résultats
Agassi bat Schüttler 6/2 6/2 6/1  

 
Autres résultats
 
Serena Williams signe un Grand Chelem à cheval sur deux saisons. En finale elle domine sa soeur Venus. Elle a dû batailler pour arriver jusqu'au sacre, s'employant notamment à effacer deux balles de match contre Kim Clijsters en demi-finale. Au premier tour, elle fut sévèrement accrochée par la Française Emilie Loit.



Le Chypriote Marcos Baghdatis empoche le tournoi des juniors.




Du jamais vu depuis 1928 ! Ce sont des Français qui gagnent le double messieurs : Michaël Llodra et Fabrice Santoro.



Les soeurs Williams qui avaient déjà trusté la finale du simple dames, sont associées pour remporter le double. C'est donc une victoire totale pour la famille !



Sensation dans le double mixte, avec la victoire de Martina Navratilova associé à l'Indien Leander Paes, dans la seule épreuve du Grand Chelem qui manquait encore à son phénoménal palmarès. A 46 ans et 3 mois, elle devient le plus vieux lauréat d'un tournoi du Grand Chelem.