Tomas BERDYCH


Rép. Tchèque - droitier

Né le 17 septembre 1985 à Valašské Meziříčí.



Le meilleur joueur tchèque depuis Lendl
, qui s'est forgé une histoire bien souvent aux dépens d'un seul homme, Roger Federer.


Palmarès :
12 titres
2 fois vainqueur de la coupe Davis


Son meilleur classement :
n°6 mondial en 2010


Personnalité et popularité :

Un peu à l'instar de son illustre aîné Ivan Lendl, Berdych est un personnage très froid, au faciès des plus inexpressifs. Et peut-être aussi comme l'homme aux trois French Open et aux trois US Open, Berdych a longtemps souffert à ses débuts d'un mental assez fragile. Ce ne fut plus le cas à partir de 2010, sa victoire sur Federer à Miami - après avoir effacé une balle de match - semble avoir constitué le déclic dont il avait besoin. Reste que Tomas a essuyé une bronca mémorable de la part du public de Melbourne Park en 2012 parce qu'il a refusé de serrer la main de son adversaire Almagro - qu'il venait pourtant de vaincre - au prétexte que celui-ci l'aurait visé au corps pendant un échange. Son impopularité a alors atteint son paroxysme, 
peu de gens ayant compris son geste.


Style de jeu :

Le joueur tchèque appuie son jeu sur des gros coups du fond du court; en revers comme en coup droit. Il peut aussi compter sur un service très efficace en puissance comme en précision.


Carrière :

Berdych se fait remarquer du grand public pendant les Jeux d'Athènes de 2004. Il assomme dès le deuxième tour la terreur du circuit Roger Federer.

En 2005, il venait d'avoir 20 ans lorsque Tomas créa une nouvelle surprise à Bercy en remportant le trophée, dans un tournoi certes délaissé par beaucoup des meilleurs joueurs du moment.

Les saisons suivantes le font presque passer au second plan, tant ses résultats vont en dents de scie. En 2009, il fait encore très peur à Federer à l'Open d'Australie. Mais le Suisse cette fois s'en sort malgré la perte des deux premières manches : 4/6 6/7 6/4 6/4 6/2.

Berdych revient sous les 
projecteurs en 2010, en se payant à Wimbledon le multiple finaliste de l'épreuve, six fois couronné sur le gazon anglais, son Altesse Roger Federer ! Vainqueur ensuite de Djokovic, il ne tombera que devant Nadal en finale. C'est donc une surprise de le voir chuter d'entrée à l'US Open face à Michaël Llodra.

Sa saison 2011 n'est guère satisfaisante, même s'il enregistre quelques victoires face à des cadors, comme contre Federer (tiens donc ?) à Cincinnati, et contre Murray à Bercy. Il atteint les demi-finales dans ce dernier tournoi, ce qui lui assure une place au Masters. A Londres, il tombe dans la poule de Murray et Nadal. Il s'en tire en partie grâce au forfait de Murray. Mais en demi-finale il est dominé par Tsonga.

Sa saison 2012 commence très doucement, mais il frappe un grand coup à Flushing Meadows, avec une nouvelle victoire importante sur Roger Federer, qu'il domine pour la deuxième fois consécutive en Grand Chelem. Cet exploit propulse le joueur tchèque dans le dernier carré de l'US Open, qu'il atteint pour la première fois, et s'incline alors devant le futur lauréat Andy Murray, son jeu à plat étant considérablement gêné par le vent très violent qui sévissait ce jour-là. Eliminé de façon très surprenante par Gilles Simon à Bercy, il manque son Masters, mais
à Prague il décroche la coupe Davis avec l'aide de Radek Stepanek contre l'Espagne tenante du titre.

En 2013, il atteint les quarts à l'Open d'Australie, battu par Djokovic en route vers un troisième sacre de suite à Melbourne. Mais Tomas inflige à Federer une nouvelle déconvenue au tournoi de Dubai, avant de s'incliner en finale une nouvelle fois face au Serbe.




Son entraîneur :

Tomas Krupa (2009-2014)
Dani Vallverdu (depuis décembre 2014)


Ses titres :

0 Gd Chelem 0 Masters 1 Masters 1000 3 ATP 500 8 ATP 250


2004 2005 2007 2008 2009
Palerme 2004 Bercy 2005 Halle 2007 Tokyo 2008 Munich 2009

2011
Pékin 2011 Montpellier 2012 Stockholm 2012 Rotterdam 2014 Stockholm 2014

Shenzhen 2015 Stockholm 2015




Sa compagne :
Lucie Safarova (2003-2010), championne de tennis
Ester Satorova, top model (depuis 2011)